Intermarché et Bel vont soutenir les producteurs

Intermarché et Bel vont soutenir les producteurs

Le groupe fromager Bel a reconduit, le 6 décembre, l’accord conclu il y a un an avec ses producteurs de lait de l’Ouest (APBO) sur un prix de base de 350 €/1000 l. Les enseignes Intermarché et Netto ont décidé d’appuyer la démarche le 13 décembre. Le jour-même où était publiée l’ordonnance relative au relèvement du seuil de revente à perte et à l’encadrement des promotions.

L’accord entre Bel et l’APBO (Association des Producteurs Bel de l’Ouest), « reconduit sur toute l’année 2019, prévoit la garantie d’un prix de référence moyen pour le lait acheté aux producteurs de l’APBO de 350 euros pour 1 000 litres et la valorisation de pratiques d’élevage différenciantes, sous forme de primes mensuelles : à hauteur de 15 €/1000 l concernant l’alimentation sans OGM pour les troupeaux laitiers, et de 6 €/1000 l pour la mise en valeur du pâturage (engagement de 150 jours minimum) », précise le Groupe Bel dans un communiqué du 6 décembre 2018. « Le renouvellement de ce partenariat constitue une étape fondamentale pour les producteurs de lait qui se sont tous convertis à une alimentation animale sans OGM et bénéficieront ainsi toute l’année de la prime mensuelle. »

Une semaine plus tard, le groupe de distribution Les Mousquetaires (enseignes Intermarché et Netto) a annoncé qu’il allait prolonger, à l’occasion des négociations commerciales annuelles entre industriels et distributeurs, l’accord conclu entre Bel et l’APBO. « À travers une hausse des prix d’achat pour 2019, Intermarché assure son total soutien à cette démarche de partage de la valeur créée au profit des producteurs. Nous manifestons concrètement notre volonté partagée de construire un modèle de filières agricoles plus pérenne, où tous les acteurs prennent leurs responsabilités », explique Thierry Cotillard, président d’Intermarché et Netto, dans un communiqué diffusé le 13 décembre. « Avec cet accord, on passe de l’intention des États Généraux de l’Alimentation à leur traduction dans un dispositif concret, co-construit par les trois maillons de la chaîne : distributeur, industriel et éleveurs laitiers. »

De son côté, Antoine Fiévet, président du Groupe Bel, dit sa satisfaction que la « démarche novatrice co-construite avec les producteurs de l’APBO depuis fin 2017 ait convaincu une enseigne connue de tous les Français, Intermarché (…) Nous sommes aujourd’hui les seuls à proposer ce modèle vertueux qui s’applique à l’ensemble des producteurs qui produisent le lait collecté par Bel en France. Le soutien d’Intermarché renforce aujourd’hui la pérennité de notre approche : nous souhaitons désormais qu’il ouvre une voie nouvelle dans le dialogue des relations commerciales, et je lance un appel à nos autres partenaires distributeurs pour qu’ils s’inscrivent dans l’esprit de cette démarche. »

« Après une première année de partenariat gagnant-gagnant co-construit et réussi avec Bel, nous savons que la seule voie pour pérenniser ce modèle durable est que tous les acteurs de la filière prennent leurs responsabilités et le soutiennent », commente Gilles Pousse, président de l’APBO. « De la même manière que nous avons fait évoluer notre mode de relation entre producteur et transformateur, nous souhaitons que cette évolution se prolonge à tous les acteurs pour apporter des réponses durables à de vrais attentes des consommateurs et citoyens. »

L’APBO : 800 producteurs, 6 départements, 3 usines

L’APBO est une organisation de producteurs (OP) reconnue par les pouvoirs publics depuis 2012. Elle représente plus de 800 producteurs de lait, soit la totalité de ceux en contrat avec l’entreprise Bel. La zone de collecte s’étend sur six départements : l’Orne, l’Eure-et-Loir, le Loir-et-Cher, le Maine-et-Loire, la Sarthe et la Mayenne. L’APBO regroupe trois territoires liés aux différentes usines historiques du Groupe Bel : le territoire de Sablé, celui du Perche et celui du Maine. Depuis 2012, l’APBO a conclu un contrat cadre avec le Groupe Bel. L’APBO est propriétaire et garante du cahier des charges de la démarche de différenciation, souligne encore le Groupe Bel.

Bel : La vache qui rit®, Leerdammer®, Boursin®…

Le Groupe Bel se présente comme l’un des leaders mondiaux du secteur des fromages de marque et un acteur majeur sur le segment du « snacking sain ». Son portefeuille de produits différenciés et d’envergure internationale tels que La vache qui rit®, Kiri®, Mini Babybel®, Leerdammer® ou Boursin®, ainsi qu’une vingtaine d’autres marques locales, lui ont permis de réaliser en 2017 un chiffre d’affaires de 3,3 milliards d’euros. L’acquisition du groupe MOM vient compléter un portefeuille de marques fortes avec l’intégration notamment des marques Pom’Potes et GoGo squeeZ. Le Groupe Bel emploie 12 700 collaborateurs répartis dans une trentaine de filiales dans le monde. Ses produits sont élaborés dans 32 sites de production et distribués dans près de 130 pays.

Intermarché/Netto : près de 2 100 points de vente

Avec plus de 1 800 points de vente Intermarché en France (déclinés en 4 formats : super, contact, express, hyper), l’enseigne au modèle de « Producteurs & Commerçants » est le 2distributeur indépendant en France, derrière Leclerc. Intermarché et Netto (295 points de vente en France) sont des enseignes du Groupement Les Mousquetaires. Créé en 1969, il rassemble plus de 3 000 chefs d’entreprise indépendants et 150 000 collaboratrices et collaborateurs.

BC

A lire également : Accord Savencia-Intermarché sur le prix du lait (17 décembre 2018)

54321
(0 votes. Average 0 of 5)