« Ceci n’est pas un robot d'alimentation »

« Ceci n’est pas un robot d'alimentation »

Kuhn lève le voile sur la nouvelle mélangeuse automotrice autonome Aura, qui vient de décrocher un Innov’Space 2020.

Pierrick Blanchard, directeur commercial et marketing du site Kuhn La Copechagnière (Vendée), Mickaël Peterschmidt, directeur technique, et Loïc Toulotte, responsable produits, ont présenté, le 16 septembre en visio-conférence, le projet Aura. Lancé en 2015, il aboutit aujourd’hui à la présentation d’une mélangeuse automotrice autonome présentée comme une « innovation de rupture », une « machine hyperconnectée » et « tout sauf un robot d’alimentation » car il n’est plus besoin de stock tampon ou de rails de guidage.

En pratique, la machine effectue les tâches d’une mélangeuse automotrice traditionnelle, mais sans son chauffeur. Elle se rend au silo d’ensilage, de paille ou de foin, charge sa cuve de 3 m3 (présentée comme suffisante pour un élevage de 280 vaches laitières), mélange le(s) fourrage(s) avec les concentrés également récupérés en automatique (2 vis verticales à vitesse programmable), distribue à droite et/ou à gauche devant les cornadis, repousse les rations grâce à deux brosses, et récapitule tous les jours l’ensemble des opérations réalisées, alertant au besoin sur une rupture de stock en tel ou tel ingrédient. En amont, l’éleveur aura paramétré la/les formules alimentaire(s) (si plusieurs lots d’animaux), la fréquence de distribution et les trajets de la machine.

Version hybride

La précision de chargement dans les silos couloirs est de l’ordre 10 cm (une précaution pour ne pas endommager les murs), celle des déplacements de 1 cm. Aura peut monter ou descendre des pentes de 20 %, chargée ou non chargée, et parcourir la ferme en tous sens à la vitesse maxi de 7 km/h. La sécurité vis-à-vis des personnels, animaux ou objets (même un plot ou une pelle laissée au sol sont détectés) est assurée par des capteurs de distance et de contact. La machine peut intervenir sur un tas de 4 m de haut, qu’elle attaque en partant du sommet, puis ramasse le fourrage tombé au sol dans l’opération. En revanche, elle ne sait pas encore repérer un silo bâché ou débâché.

Aura est animée par un moteur diesel de 42 kW qui limite la consommation à « quelques litres à l’heure ». Une version hybride, e-Aura, permet un fonctionnement 100 % électrique à l’intérieur des bâtiments de sorte à réduire le bruit et à éviter l’émission de fumées. La machine mesure 6,90 m de long, 2,50 m de large et 1,90 m de haut. Elle pèse 6,2 tonnes. Aura tourne « depuis de nombreux mois » dans des élevages pilotes, de sorte à « affiner le travail d’optimisation ». La phase de placement des préséries va débuter.

Pour l’heure, aucun prix catalogue n’est avancé mais « toutes les formules d’acquisition seront proposées, comme c’est le cas aujourd’hui avec Kuhn Finance proposé par nos concessionnaires ». En pratique, « le prix de vente sera dans le spectre de celui des mélangeuses automotrices actuelles ». Le coût de détention, qui tient compte du coût d’achat, des coûts de maintenance et de la valeur de revente, « dépendra de l’intensité d’utilisation au quotidien » (nombre et durée des cycles en fonction des distances du silo à la table d’alimentation).

BC

 

54321
(0 votes. Average 0 of 5)