L'usage des antibiotiques ne recule plus

L'usage des antibiotiques ne recule plus

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a rendu public, le 18 novembre, son rapport annuel sur le suivi des médicaments vétérinaires contenant des antibiotiques. Il révèle une augmentation de l’exposition des bovins et des tonnages en 2018.

Le tonnage d’antibiotiques à destination des bovins « a beaucoup augmenté entre 1999 et 2005 puis a diminué jusqu’en 2015 », rappelle l’Anses. En 2018, il est d’environ 136 tonnes, soit 3,9% plus élevé que le tonnage en 2017, mais 25,7% plus faible qu’en 2011. Le niveau d’exposition des bovins aux antibiotiques a augmenté de 2,6% depuis 1999. Les bovins sont traités majoritairement avec des Tétracyclines, des Pénicillines, des Aminoglycosides puis des Macrolides.

Entre 2011 et 2018, l’exposition des bovins a diminué de 16,9%. Cette évolution est en grande partie imputable à une diminution de l’exposition aux Céphalosporines de 3eet 4e générations (-94,9 %), aux Fluoroquinolones (-89,9 %), aux Polypeptides (-46,1 %), aux Pénicillines (-9,6 %) et aux Macrolides (-8,0 %). L’exposition aux Tétracyclines a augmenté sur cette période (+19,6%).

Exposition animale : +8%

L’exposition animale aux antibiotiques (ALEA) est de 0,273 en 2018, soit une variation de +8,4% en un an. Entre 2017 et 2018, une augmentation de l’exposition est observée pour toutes les familles d’antibiotiques, excepté les Polypeptides (-14,9 %) et les Quinolones (-17,2 %).

Les bovins sont traités principalement par voie parentérale, puis par voie orale, avec l’utilisation majoritaire de poudres et solutions orales. L’exposition aux antibiotiques via les injectables a diminué de 12,7% par rapport à 2011, mais a augmenté de 9,1% sur la dernière année. L’exposition aux antibiotiques via la voie orale a diminué de 27,9% par rapport à 2011, mais a augmenté de 6% en un an.

Traitements intramammaires : +6%

Il avait été vendu l’équivalent de 1,71 traitement intramammaire par vache laitière en 1999, et 1,34 traitement en 2018 : une diminution de 21,7 % est ainsi observée depuis le début du suivi national. En 2018, le nombre de traitements intramammaires par vache laitière a diminué de 18,9% par rapport à 2011 mais il a augmenté de 6,1% par rapport à 2017.

Sur l’année 2018 et d’après les données de population, l’Anses estime le nombre de traitements intramammaires à 81,4 traitements pour 100 vaches laitières en période de lactation et à 52,7 traitements pour 100 vaches au tarissement. Les médicaments administrés au tarissement représentaient 43,4% des ventes de médicaments intramammaires en 1999, et encore 39,3 % en 2018.

Les Aminoglycosides, les Céphalosporines de 1e et 2e générations, les Pénicillines, les Polypeptides et les Tétracyclines sont les familles les plus utilisées par voie intramammaire. Le nombre de traitements intramammaires à base de Céphalosporines de dernières générations par vache laitière a baissé de 99,4% entre 2013 et 2018 et a augmenté de 2,3% entre 2017 et 2018.

(-)

A télécharger :

Ventes d’antibiotiques vétérinaires en 2018 (Anses, 18 novembre 2019)

Rapport 2018 du réseau de surveillance des antibiotiques (Anses, 18 novembre 2019)

Les antibiotiques en filières bovines (Inra Productions animales, avril 2019)

Les métiers de la santé animale en France (ministère de l’agriculture, 28 novembre 2019)

54321
(0 votes. Average 0 of 5)