Le colostrum premier vecteur de l’immunité

Le colostrum premier vecteur de l’immunité

Si le démarrage de la carrière d’une vache laitière se prépare avant même sa naissance, les premiers instants de sa vie sont cruciaux. Outre l’apport de colostrum devant intervenir le plus précocement possible, le veau doit être tenu au chaud et au sec.

La naissance est un moment traumatisant pour tous les veaux, et ce même en l’absence de complication. Installer la respiration, instaurer une bonne balance acido-basique, démarrer les processus métaboliques, consommer le colostrum, contrôler sa propre température…. « Voici autant d’actions variées et toutes essentielles que le veau doit accomplir dès sa naissance », résume Adam Geiger, nutritionniste chez Zinpro.
Très sensible à la déperdition de chaleur, le veau nouveau-né ne dispose d’aucune isolation interne et il naît mouillé. Il a donc besoin d’être séché de toute urgence, d’être nourri mais aussi d’être isolé des sols froids et des courants d’air. « Il faut surveiller le veau durant le vêlage et s’assurer que le premier repas qu’il ingère ne soit pas contaminé par des matières fécales. Les conseils sont de fait du bon sens : sécher le jeune le plus vite possible et lui fournir un environnement confortable, sec et sans courant d’air, explique le spécialiste. L’ingestion du colostrum doit être la plus précoce possible car c’est le seul outil dont le veau va disposer pour réduire sa grande vulnérabilité dans cette période clef de transition entre l’immunité passive qui lui est apportée par le colostrum et l’immunité active qu’il va développer durant ses 2 ou 3 premières semaines. »

Suivre de près la qualité du colostrum

Le colostrum est source d’immunoglobulines (85 à 90 % d’IgG dont une large majorité d’IgG1, 5 % d’IgA et 7 % d’IgM) mais aussi de leucocytes (> 106/ml), ainsi que d’autres facteurs stimulants de l’immunité comme les cytokines, les IgF, des hormones, des vitamines et des minéraux sans oublier que le colostrum fournit également de l’énergie et du liquide au veau. Le succès du transfert de l’immunité passive via le colostrum se traduit non seulement par une baisse de la mortalité et du nombre de traitements médicaux ultérieurs mais aussi par une amélioration de la croissance, de l’efficacité alimentaire, du développement précoce des organes de la femelle et, lors de ses lactations, par une meilleure production. Les veaux nourris en quantité suffisante dès leur première heure de vie deviendront des vaches laitières plus productives, et ce, même en seconde lactation !
La qualité du colostrum n’est pas identique pour toutes les vaches. L’objectif est de donner au veau un colostrum contenant un minimum de 50 g/l d’IgG. En se basant sur un échantillon de plus de 2 000 vaches, Zinpro a constaté qu’en moyenne un colostrum contient 74,6 g/l d’IgG. L’analyse individuelle des colostrums, a toutefois mis en lumière qu’environ un quart d’entre eux en contient moins de 50 g/l. « Nous conseillons aux éleveurs de vérifier la qualité de chaque colostrum en utilisant un réfractomètre », pointe le nutritionniste. « A noter, qu’il est par ailleurs possible d’améliorer la qualité du colostrum. Le vécu de la mère durant la période de tarissement influence en effet la qualité de son colostrum. Par vécu, on entend son alimentation, les vaccinations dont elle a bénéficiées, le stress auquel elle a été confrontée et qu’il faut réduire au minimum (notamment le stress lié à des mouvements entre des groupes de vaches ou à la chaleur), mais aussi la durée de la période sèche qui ne doit être inférieure à 30 jours, ni être supérieure à 90 jours. »

Objectif : une consommation dans l’heure qui suit la naissance

En sus de la qualité du colostrum, la quantité distribuée et, surtout, la rapidité de distribution sont cruciales. Au niveau quantité, Adam Geiger recommande de se fixer un objectif de 10% du poids de naissance. L’objectif est d’apporter 150 à 200 g d’IgG dans les heures suivant la naissance, au maximum dans les quatre heures après vêlage. La rapidité du transfert de colostrum est d’autant plus importante si le veau est petit à la naissance.

Cet article est un extrait de Grands Troupeaux Magazine de décembre 2017.

54321
(0 votes. Average 0 of 5)