La machine agricole fait le dos rond

La machine agricole fait le dos rond

Les ventes d’agroéquipements vont baisser en 2020 et 2021, tout en restant à un niveau correct.

L’Union des industriels de l’agroéquipement (Axema) a présenté, le 13 octobre, ses prévisions de ventes pour les années 2020 et 2021, marquées par la crise sanitaire liée à la covid-19. Cette année, les ventes de matériels neufs devraient s’établir à 5,8 milliards d’euros. C’est 5% de moins qu’en 2019 – qui avait été une très bonne année – mais 7% de plus qu’en 2018 et 10% de plus que la moyenne des cinq dernières années. Et la troisième meilleure année depuis 2010.

Pour 2021, Axema prévoit un nouveau repli des ventes d’agroéquipements, qui reviendraient entre 5,2 et 5,5 Mds€ (-5 à -10%), mais préfère parler d’une « année de baisse » plutôt que d’une « année de crise ». Trois grands facteurs d’incertitudes (le contexte économique et sanitaire, l’impact du plan de relance (1), les récoltes 2021) se conjuguent néanmoins avec « de fortes inquiétudes liées à la conjoncture dans plusieurs filières agricoles » : les grandes cultures, la viticulture, la polyculture-élevage et la viande bovine.

Les industries de l’agroéquipement « ne sont pas dans une posture de gestion de crise », montre une enquête réalisée par Axema auprès des dirigeants d’entreprises. Ils prévoient de lancer de nouveaux produits (95%), de développer leur activité internationale (70%), d’accroître leurs investissements (56%) et d’augmenter leurs effectif salarié (55%, contre 22% qui pourraient le réduire). En revanche, 80% envisagent de réduire leurs dépenses de marketing et de communication. Plus généralement, ils sont 88% à estimer que l’impact de la crise sanitaire sur leur activité à été négligeable (15%), faible (27%) ou limité (46%).

BC

(1) Le gouvernement a annoncé en septembre 2020 un budget de 250 millions d’euros destiné au renouvellement des agroéquipements : 135 M€ pour l’acquisition de matériels de précision, 100 M€ pour l’acquisition de matériels permettant de faire face aux aléas climatiques, 15 M€ pour les entreprises d’agroéquipements et de biocontrôle.

54321
(0 votes. Average 0 of 5)