20 kilos de lait en moins par vache

20 kilos de lait en moins par vache

La production moyenne revient à 8 446 kg, selon les résultats annuels du contrôle laitier. La Prim’Holstein et la Montbéliarde sont en recul.

« En 2019, l’érosion de l’effectif des élevages ayant fourni des résultats de lactations (36 705, -5,6% par rapport à 2018) se poursuit. Dans le même temps, avec 2 334 919 résultats, le nombre de lactations qualifiées diminue à un rythme moindre (-2%) », souligne l’Institut de l’élevage à l’occasion de la publication, le 19 mai, des résultats 2019 du contrôle laitier dans l’espèce bovine (à télécharger ci-dessous). De fait, « la concentration des exploitations se poursuit. 47,5% des élevages comptent plus de 60 lactations qualifiées en 2019 (contre 45,1% en 2018 et 40,1% en 2017) et la part de lactations qualifiées qu’ils représentent atteint 69% (contre 66,9% en 2018 et 63,1% en 2017). »

« Les trois grandes races nationales (Prim’Holstein, Montbéliarde et Normande) représentent 91,3% du total des lactations qualifiées (-0,3%), confirmant une tendance à la baisse observée depuis quelques années (94,2% en 2009). » La production de lait s’établit en Prim’Holstein à 9 226 kg sur 344 jours (9 252 kg sur 344 j en 2018), en Montbéliarde à 7 157 kg sur 313 jours (7 172 kg sur 311 j en 2018) et en Normande à 6 643 kg sur 329 jours (6 609 kg sur 327 j en 2018). La Pie Rouge des Plaines (7 909 kg sur 331 jours) et la Brune (7 380 kg sur 341 jours) se classent en 2e et 3e position question rendement.

Taux en hausse, cellules en baisse

Toutes races confondues, « avec une moyenne à 8 446 kg, la production laitière brute diminue de 20 kg pour une durée de lactation moyenne de 335 jours, en hausse (+ 1 jour). Dans le même temps, les taux moyens augmentent et atteignent 40,1 g/kg pour le taux butyreux (+0,3 g/kg) et 32,5 g/kg pour le taux protéique (+0,1g/kg). » En 2018, la production laitière brute avait progressé de 60 kg pour s’établir à 8 466 kg, alors que les taux étaient demeurés stables.

« Fait marquant : l’amélioration de la situation cellulaire observée depuis plusieurs années se confirme. Les proportions de lactations avec une numération cellulaire de l’ensemble des contrôles inférieure à 300 000 cellules et celle des lactations comptant au moins 2 contrôles > 800 000 cellules atteignant respectivement 49,6% et 12,7%. En 2009, ces deux indicateurs étaient respectivement à 41,1% et 16,8%. »

BC

A télécharger :

Les résultats 2019 du contrôle laitier dans l’espèce bovine

Les résultats 2018 du contrôle laitier dans l’espèce bovine

54321
(0 votes. Average 0 of 5)