La Fourme de Montbrison s'adapte

La Fourme de Montbrison s'adapte

Le cahier des charges de l’AOP est assoupli en raison de la sécheresse.

« En raison d’un épisode de sécheresse », les conditions de production du cahier des charges relatif à l’appellation d’origine protégée (AOP) « Fourme de Montbrison » sont modifiées temporairement, énonce un arrêté du 10 octobre 2019 du ministère de l’agriculture.

En particulier, « du 1er août 2019 au 15 mai 2020, la ration de base des vaches laitières est assurée par du fourrage provenant au minimum à 70% (en matière sèche) de l’aire géographique de l’appellation » – c’est 100% en temps ordinaire. Sur la même période, « la part d’herbe pâturée, fanée, préfanée, enrubannée ou ensilée, exprimée en matière sèche, est supérieure ou égale à 70% [au lieu de 80%] des fourrages de la ration de base des vaches laitières ». De même, « la part des fourrages autres que l’herbe (maïs ensilé plante entière, épis de maïs conservés par voie humide, luzerne déshydratée, pulpes de betterave), exprimée en matière sèche, ne doit pas dépasser 30% [contre 20%] de la ration de base des vaches laitières ». Les épis de maïs conservés par voie humide ne peuvent plus entrer dans la composition des aliments complémentaires.

L’été dernier, deux autres fromages AOP avaient bénéficié de dérogations similaires au regard de la sécheresse 2019 : le Saint-Nectaire et le Salers.

BC

54321
(0 votes. Average 0 of 5)