La Chine s'ouvre au veau néerlandais

La Chine s'ouvre au veau néerlandais

Les Pays-Bas sont le premier pays d’Europe à accéder à ce grand marché qui reste fermé aux autres exportateurs ainsi qu’aux producteurs néerlandais d’autres viandes, a indiqué le Financieele Dagblad le 13 avril dernier. En annonçant la signature de cet accord, Carla Schouten, la ministre néerlandaise de l’agriculture, actuellement en mission commerciale en Chine, a déclaré: « L’autorisation d’exportation de la viande de veau vers le marché chinois est une très bonne nouvelle pour les éleveurs néerlandais et vient récompenser des années de travail accompli par toute une équipe fortement motivée ». La Chine a fermé ses portes à la viande européenne à la fin des années 1990 après l’apparition de la maladie de la vache folle. Et bien que celle-ci soit sous contrôle depuis de nombreuses années, elle n’a pas totalement disparu en Europe. Le journal néerlandais rappelle alors le cas d’une vache infectée par l’ESB en 2015 en France.  Henny Swinkels, directeur de l’entreprise familiale néerlandaise Van Drie d’Apeldoorn, l’un des principaux producteurs de veaux au monde met en avant que « c’est la bonne réputation internationale du secteur de la viande aux Pays-Bas qui a aidé les diplomates à lever l’interdiction et a ouvert les portes de l’empire du milieu ».  Il précise que « si tout reste encore à faire, les prévisions de ventes annuelles de viande de veau en Chine devraient atteindre entre 20 et 30 millions d’euros à partir de 2021 ».  Il ajoute « être confiant que la Chine ouvre prochainement son énorme marché à d’autres viandes ». Rappelons qu’actuellement : « Environ 92 % de la viande de veau néerlandais est exportée, ce qui représente 2 milliards d’euros par an. Le plus grand débouché est l’Italie, suivi par l’Allemagne et la France. Les marchés des États-Unis et du Japon sont récents et ne se sont ouverts qu’il y a deux ans ».

54321
(0 votes. Average 0 of 5)