Covid-19 : les AOP laitières « menacées »

Le Cnaol demande des « mesures d’urgence » (stockage de fromages, régulation des volumes) pour faire face à la chute des débouchés occasionnée par la crise du coronavirus. Un appel relayé par Sodiaal, qui n’échappe pas aux difficultés de la filière.

« Essentiellement commercialisées sur le territoire national, les AOP laitières (45 fromages, 3 beurres et 2 crèmes) sont orphelines d’une part importante de leurs débouchés commerciaux », alerte le Comité national des appellations d’origine laitières (Cnaol) dans un communiqué du 27 mars. « Après la fermeture de la restauration hors domicile (5% des ventes des fromages AOP) le 15 mars dernier, ce sont progressivement les grandes surfaces (80%) qui ont fortement réduit, voire fermé les rayons à la coupe par manque de personnel ou par mesures d’hygiène. 38% des volumes des fromages AOP étaient commercialisés dans ce rayon. Puis ce fut l’annonce de la fermeture des marchés, le 23 mars. Les commerces spécialisés et les magasins de proximité, dont les marchés (15%), ont une place privilégiée pour favoriser l’achat des produits laitiers sous signe de qualité. »

« En 15 jours, les entreprises laitières produisant des signes de qualité ont enregistré de fortes diminutions de leur chiffre d’affaires. Selon les entreprises, les commandes ont diminué de 25% à 80%. Demain, ce seront les éleveurs laitiers qui jetteront leur lait, si rien n’est fait. » Le Cnaol « implore les pouvoirs publics de prendre en compte l’extrême fragilité des AOP laitières et d’agir. Le Cnaol demande des aides urgentes au stockage des fromages, à l’écoulement des surplus vers les marchés secondaires et à la régulation des volumes de lait. »

Sodiaal ferme 3 sites momentanément

Ces demandes ont été entendues par Sodiaal, la LSDH et Danone qui ont accepté de prendre en charge des laits qui ne trouvaient plus de débouchés en AOP pour les transformer en lait liquide, a indiqué la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, le 2 avril devant la presse (en visioconférence depuis sa ferme). « Certains acteurs locaux se trouvent en grande difficulté et notre coopérative a essayé de les épauler dans la mesure du possible, confirme Damien Lacombe, président de Sodiaal, dans un communiqué du 7 avril. « Toutefois, la situation est critique et nécessite un regain de consommation rapide. Les fromages de terroirs, ce sont de très nombreux producteurs, souvent installés dans des zones difficiles, et des fromageries qui participent à la dynamique économique de nombreux territoires. Dans notre coopérative, ce sont 3 000 producteurs en zone de montagne et 1800 emplois en zone rurale. »

Le premier groupe coopératif laitier français (1) n’échappe pas lui-même aux difficultés. « Face à la baisse importante de la demande, nous avons dû fermer momentanément certains de nos sites de production, en Brie de Meaux à Biencourt (55) et à Courtenay (45), ainsi que notre fromagerie de St-Flour (15) où nous produisons notamment de la Fourme d’Ambert et du Bleu d’Auvergne », témoigne Olivier Athimon, le directeur des activités fromagères de Sodiaal.

BC

(1) Sodiaal indique réunir « plus de 20 000 sociétaires producteurs sur plus de 11 500 exploitations réparties dans 70 départements ».

Lisez également

Les grands troupeaux tiennent la forme

Les clôtures de la campagne 2021/2022 révèlent des résultats économiques « historiquement hauts » dans …