L’aliment du bétail va renchérir

Les coopératives de nutrition animale vont répercuter l’envolée récente des cours des matières premières.

La flambée récente des prix du soja et des céréales (+25 à 30% en moins d’un mois) va commencer à être répercutée sur le prix des aliments du bétail à partir de novembre et décembre, ont indiqué les dirigeants des coopératives de nutrition animale, le 4 novembre en téléconférence. « Il y aura des hausses significatives », a précisé Jean-Luc Cade, président de Garun-Paysanne (Côtes-d’Armor) et de la branche nutrition animale de La coopération agricole.

Baisse des tonnages en 2020

En revanche, l’approvisionnement des usines en matières premières et celui des élevages en aliments devrait être assuré normalement, « en quantité comme en qualité », durant ce deuxième confinement. Celui du printemps a, du reste, eu « peu d’impact économique » globalement, hormis dans certaines filières comme les palmipèdes ou les pintades. Entre mars et août 2020, neuf coopératives d’aliments sur dix ont maintenu leurs fabrications dans une fourchette comprise entre +5% et -5% par rapport à 2019. Néanmoins, sur l’ensemble de l’année, les tonnages d’aliments devraient diminuer d’environ 1,5% en France (baisse en ruminants et en volaille, stabilité en porc), et de 3 à 6% en Europe.

BC

Lisez également

La collecte dévisse

Depuis la mi-août, le déficit de production n’a cessé de s’amplifier. La collecte de lait …