L’association maïs et lablab a tenu le choc

L’association maïs & lablab a tenu le choc en 2022. L’arrivée d’un inoculant homologué devrait lui offrir de nouvelles perspectives de développement.

L’association maïs & lablab présente un intérêt pour les éleveurs confrontés à la hausse des matières premières. Elle permet de produire un ensilage plus riche en protéines et de diminuer les achats de concentrés. Le lablab est une légumineuse tropicale, originaire d’Afrique, qui s’enroule autour du maïs. Sa production annuelle génère six à sept tonnes de matière sèche par hectare (MS/ha), pour 16 % de protéines. Le maïs sert de tuteur à ce haricot luxuriant qui peut monter à trois mètres et plus de hauteur. L’association améliore la richesse en MAT de l’ensilage récolté. En moyenne, le maïs ensilé ressort à 7,5 % de MAT. La société Semental a analysé une série d’ensilages associant maïs & lablab avec, à la clé, des résultats intéressants. Ainsi, la MAT varie de 4,7 à 12,45 points. Cet écart important s’expliquerait par la fertilisation azotée. L’analyse des résultats fait également apparaître que 70 % des maïs purs ressortent à moins de 7,5 points de MAT. A contrario, 70 % des associations maïs & lablab dépassent les 7,5 points. Cette année, le gain oscille entre 1 et 4 points de MAT. Le Morbihan, département breton dans lequel  la pluie est tombée au bon moment, enregistre de très bons résultats. Semental poursuit son travail et ses efforts pour l’obtention de l’homologation d’un inoculant permettant la fixation de l’azote par le lablab. De son côté, Arvalis approfondit ses essais sur l’intérêt du lablab en période de réchauffement climatique. 

  1. MAT : matière azotée totale

Lisez également

« 15 000 € pour les bio »

« Sans un soutien fort et direct aux producteurs, l’avenir de l’agriculture biologique est compromis », alerte …