Le plan protéines arrive sur le terrain

26 projets collectifs viennent d’être approuvés par le ministère de l’agriculture. D’autres suivront dans le courant de l’été.

Dans le cadre du plan de développement des protéines végétales annoncé à la fin décembre 2020 par Julien Denormandie, un appel à projets doté de 50 millions d’euros a été lancé pour accompagner la conception et la réalisation de projets collectifs structurants, impliquant plusieurs maillons à l’échelle d’une filière. Qu’ils se rapportent à l’alimentation animale ou humaine, ces projets peuvent bénéficier de financements pour de l’ingénierie de projet, de l’acquisition de matériels mais également des plans de recherche & développement, rappelle le ministère de l’agriculture dans un communiqué du 30 juin.

Les 26 premiers lauréats vont bénéficier d’un « soutien de plus de 17 millions d’euros. Parmi eux :

– Le projet de la Cuma Secoppa en Normandie vise à structurer une micro filière locale de luzerne capable de remplacer le soja OGM dans les rations des animaux d’élevage et de garantir un prix juste et stable pour les céréaliers. Le plan France Relance vient soutenir ce collectif d’agriculteurs en finançant l’acquisition d’un séchoir à fourrages collectif valorisant des matières premières locales (luzerne, fumier, bois déchiqueté).

– Le projet de la SAS Alifel en Centre-Val de Loire et Ile-de-France pour le développement de cultures régionales alternatives au soja importé (pois, féverole, blé fourrager protéiné, soja) est soutenu dans l’acquisition de nouveaux silos de stockage.

– Le projet Calibio Protéo de la SCA Cavac dans les Pays de la Loire pour le développement de tourteau de tournesol français et bio dont le plan France Relance vient financer l’acquisition d’un outil de décorticage et de trituration.

– Le projet de la Cuma Adour Protéioil en Nouvelle-Aquitaine pour encourager ses capacités de trituration sera accompagné par le plan de relance dans l’identification de nouveaux partenaires économiques et débouchés.

– Le projet Biogaz du Haut Pays (Pas-de-Calais) dont le plan de relance permet l’installation d’un outil de séchage, conditionnement et stockage de légumineuses pour les élevages locaux engagés dans un projet commun de méthanisation.

– Le projet du Groupe Provence Services en Provence pour une filière soja régionale dans l’objectif d’une plus grande autonomie alimentaire régionale, tout en maîtrisant l’approvisionnement et la qualité du produit. Le plan France Relance apporte un soutien dans le regroupement de plusieurs opérateurs économiques déterminants grâce au financement de prestations de conseil et d’ingénierie de projet. »

BC

Lisez également

Le lait bio « n’est pas en crise »

Si « l’offre est momentanément supérieure à la demande, rien ne laisse penser qu’un palier de …