« Mieux vaut ralentir que stocker »

La Coordination rurale suggère une baisse de 5% de la production laitière pour rééquilibrer le marché. Le problème ne date pas de la crise du coronavirus, ont expliqué ses dirigeants, le 14 mai en visio-conférence.

Depuis la fin des quotas laitiers, le 1er avril 2015, la production laitière européenne a progressé de 10 milliards de litres – celle de la France est restée constante – sans que la rémunération des éleveurs ne s’améliore. Au point que les éleveurs sont contraints de « devoir acheter leur revenu », écrivent le président de la CR, Bernard Lannes, et la secrétaire générale, Véronique Le Floc’h, dans une longue lettre adressée à Emmanuel Macron le 11 mai. « Ces quatre dernières années, le coût annuel moyen des emprunts approche des 30 000 euros pour une exploitation laitière (60 €/1000 l) ! Le double chez les producteurs de porcs ! Mais une économie pour les industriels… Sans compter que les dettes des agriculteurs vis-à-vis de leurs fournisseurs ont, sur la même année, augmenté de près d’un milliard d’euros ! »

Pour rétablir la situation, la CR suggère d’abaisser la production laitière française de 5%, en l’accompagnant d’un « complément de prix sur les 95% produits », fait valoir Véronique Le Floc’h (notre photo). En pratique, le lait non produit serait payé 355 €/1000 l. Le calcul de la CR repose sur un parallèle avec le chômage partiel des salariés, indemnisé à hauteur de 84%, qu’elle rapporte au coût de production du lait (422  €/1000 l) calculé par l’Institut de l’élevage (méthode Couprod validée par l’interprofession laitière).

BC

A télécharger :

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 15 mai 2020)

Impact du covid-19 sur la conjoncture du lait de vache (FranceAgriMer, 15 mai 2020)

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …