Le lait met un pied dans la blockchain

La Prospérité Fermière (Hauts-de-France) offre une traçabilité complète, actualisée et consultable à son lait de consommation. Grâce à un QR code apposé sur la bouteille, le consommateur dispose des informations liées à chaque lot de fabrication.

En 2017, le groupe coopératif Prospérité Fermière Ingredia (sa filiale spécialisée dans la protéine de lait) avait lancé le lait Via Lacta, associé à un cahier des charges « écoresponsable » qui multiplie les allégations : 1 500 m² d’herbe par vache, pâturage 170 jours par an, couchage sur paille en hiver, alimentation sans OGM, lait issu de fermes des Hauts-de-France, prix minimum pour les producteurs engagés… En 2019, Via Lacta s’associe à une start-up, Connecting Food, pour garantir à tous les maillons de la filière – de la ferme au consommateur – que tous ces critères sont respectés. Solution choisie : la « blockchain ». Littéralement, une chaîne de blocs informatiques « scellés ».

En pratique, à chaque étape du processus de production et de transformation du lait « Prospérité », les données liées au cahier des charges sont fournies par les différents partenaires : historique des livraisons d’aliments et vérification qu’un certificat non-OGM a été délivré par le fabricant ; renseignement par l’éleveur du nombre de jours de pâturage de ses vaches ; indication de la date du ramassage du lait par le collecteur ; indication de la date de la mise en bouteille et de la date limite de consommation par le transformateur… Toutes ces informations sont réunies dans un QR code qui change à chaque lot et que le consommateur peut consulter en magasin avec un smartphone. « En toute transparence », est-il précisé sur chaque bouteille de lait.

BC

A lire également :

La blockchain pour un camembert (24 septembre 2019)

Les perspectives ouvertes par la blockchain en agriculture (ministère de l’agriculture, juillet 2019)

Lisez également

Plaidoyer pour les grands troupeaux

Pendant plusieurs années, Michel Welter a porté la ferme des 1000 vaches. Aujourd’hui consultant, il nous donne sa vision de l’élevage à travers quatre idées fortes.