« Pessimistes pour la fin d’année »

« Pessimistes pour la fin d’année »

Les fabricants d’aliments du bétail prévoient un repli de 4% des volumes en 2020.

Depuis le début de la crise sanitaire liée au covid-19, « on a pu alimenter en temps et en heure l’ensemble des éleveurs et des qualités », a indiqué François Cholat, président du Syndicat national des industriels de la nutrition animale (Snia), le 13 mai en visio-conférence. Cela n’a certes pas été sans une « petite frayeur les 15 premiers jours » en raison des « stocks de précaution » constitués par certains éleveurs, a ajouté Jean-Luc Cade, président des coopératives d’alimentation animale. En dépit des craintes initiales, l’approvisionnement en sous-produits issus de la trituration et des biocarburants (tourteaux, drèches) et en matières premières non-OGM a été assuré, se félicitent les deux présidents, qui saluent la mobilisation des filières céréalière et oléo-protéagineuse notamment. « Le gouvernement nous avait demandé d’assurer la continuité de l’activité. Cet objectif a été atteint. »

La suite s’annonce plus délicate. Plusieurs productions avicoles (canard, pintade, volaille de Bresse…) sont totalement ou quasiment à l’arrêt. En lait, l’appel à la modération des livraisons au printemps pèsera sur les besoins en aliment tout au long de la campagne. « La production d’une vache qui a levé le pied ne repart pas comme ça », explique en substance François Cholat. « Nous sommes assez pessimistes pour la fin d’année. Le marché sera baissier au cours des huit prochains mois ». Les fabrications d’aliment, toutes espèces confondues, sont attendues en repli de 4% en 2020. Sur janvier-février, les tonnages étaient en baisse de 1,8% (-3,9% en aliments bovins) avant de repartir à la hausse en mars (+4,1%, dont +6,2% en aliments bovins). Le président du Snia pointe également l’augmentation des coûts logistiques et le renchérissement des minéraux et des oligoéléments (« la biotine a été multipliée par 8 »), très souvent importés de Chine, qui se ressentiront sur les prix des aliments « à partir de juillet ».

BC

A télécharger : Le prix des aliments recule de 1,6% sur un an en mars 2020 (Agreste, 15 mai 2020)

54321
(0 votes. Average 0 of 5)