8 707 kg au contrôle laitier

La production laitière a augmenté de 261 kg en moyenne en 2020, les taux aussi.

Avec une moyenne à 8 707 kg en 2020 (1) après 8 446 kg en 2019, la production laitière brute augmente de 261 kg en un an, pour une durée de lactation moyenne de 339 jours, en hausse de 4 jours, indique l’Institut de l’élevage (Idele) dans un communiqué du 27 septembre. « Dans le même temps, les taux moyens augmentent et atteignent 40,5 g/kg pour le taux butyreux (+0,4 g/l) et 32,8 g/kg pour le taux protéique (+0,3 g/l). Cette évolution de la production et des taux est à mettre en relation avec l’évolution des causes de non-qualification en vigueur depuis mars 2020. Entrainant la non-qualification des lactations ayant moins de 3 contrôles, cette évolution a eu sur le nombre de lactations qualifiées et sur les résultats moyens un impact qui devra être évalué au cours des prochaines années », souligne l’Idele.

Autre « fait marquant, l’amélioration de la situation cellulaire observée depuis plusieurs années se confirme. Les proportions de lactations avec une numération cellulaire de l’ensemble des contrôles inférieure à 300 000 cellules et celle des lactations comptant au moins 2 contrôles supérieurs à 800 000 cellules atteignent respectivement 50,8% et 12,3%. En 2009, ces deux indicateurs étaient respectivement à 41,1% et 16,8%. »

« La concentration des exploitations marque le pas »

« En 2020, l’érosion de l’effectif des élevages ayant fourni des résultats de lactations se poursuit (-5,2% par rapport à 2019). Dans le même temps, avec 2 200 652 résultats, le nombre de lactations qualifiées diminue de 5,7%. La concentration des exploitations marque le pas. 46,8% des élevages comptent plus de 60 lactations qualifiées en 2020 (contre 47,5% en 2019, 45,1% en 2018 et 40,1% en 2017) et la part de lactations qualifiées qu’ils représentent se situe à 68,6% (contre 69% en 2019, 66,9% en 2018 et 63,1% en 2017). »

« Les trois grandes races nationales (Prim’Holstein, Montbéliarde et Normande) représentent 91% du total des lactations qualifiées (-0,3%), confirmant une tendance à la baisse observée depuis quelques années (94,2% en 2009) », note encore l’Idele.

BC

(1)   9 495 kg en Prim’Holstein, 7 503 kg en Montbéliarde, 6 835 kg en Normande.

A télécharger :

Note de conjoncture mensuelle du lait de vache (FranceAgriMer, 30 septembre 2021)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 28 septembre 2021)

Lisez également

6 200 €/ha en 2023

Le prix moyen des terres et prés libres a progressé de 1,5 % en 2023, en dépit d’un repli de 0,3 % dans les zones d’élevage bovin.