8 707 kg au contrôle laitier

La production laitière a augmenté de 261 kg en moyenne en 2020, les taux aussi.

Avec une moyenne à 8 707 kg en 2020 (1) après 8 446 kg en 2019, la production laitière brute augmente de 261 kg en un an, pour une durée de lactation moyenne de 339 jours, en hausse de 4 jours, indique l’Institut de l’élevage (Idele) dans un communiqué du 27 septembre. « Dans le même temps, les taux moyens augmentent et atteignent 40,5 g/kg pour le taux butyreux (+0,4 g/l) et 32,8 g/kg pour le taux protéique (+0,3 g/l). Cette évolution de la production et des taux est à mettre en relation avec l’évolution des causes de non-qualification en vigueur depuis mars 2020. Entrainant la non-qualification des lactations ayant moins de 3 contrôles, cette évolution a eu sur le nombre de lactations qualifiées et sur les résultats moyens un impact qui devra être évalué au cours des prochaines années », souligne l’Idele.

Autre « fait marquant, l’amélioration de la situation cellulaire observée depuis plusieurs années se confirme. Les proportions de lactations avec une numération cellulaire de l’ensemble des contrôles inférieure à 300 000 cellules et celle des lactations comptant au moins 2 contrôles supérieurs à 800 000 cellules atteignent respectivement 50,8% et 12,3%. En 2009, ces deux indicateurs étaient respectivement à 41,1% et 16,8%. »

« La concentration des exploitations marque le pas »

« En 2020, l’érosion de l’effectif des élevages ayant fourni des résultats de lactations se poursuit (-5,2% par rapport à 2019). Dans le même temps, avec 2 200 652 résultats, le nombre de lactations qualifiées diminue de 5,7%. La concentration des exploitations marque le pas. 46,8% des élevages comptent plus de 60 lactations qualifiées en 2020 (contre 47,5% en 2019, 45,1% en 2018 et 40,1% en 2017) et la part de lactations qualifiées qu’ils représentent se situe à 68,6% (contre 69% en 2019, 66,9% en 2018 et 63,1% en 2017). »

« Les trois grandes races nationales (Prim’Holstein, Montbéliarde et Normande) représentent 91% du total des lactations qualifiées (-0,3%), confirmant une tendance à la baisse observée depuis quelques années (94,2% en 2009) », note encore l’Idele.

BC

(1)   9 495 kg en Prim’Holstein, 7 503 kg en Montbéliarde, 6 835 kg en Normande.

A télécharger :

Lien entre performances économique et environnementale en lait (Institut de l’élevage, août 2021)

Note de conjoncture mensuelle du lait de vache (FranceAgriMer, 30 septembre 2021)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 28 septembre 2021)

Lisez également

« Eleveurs, osons ! »

Elvea France appelle ses adhérents à « oser négocier leurs bovins viande à leur juste valeur » …