À la Une de Grands Troupeaux Magazine

Pour ce premier numéro de l’année 2024, Grands Troupeaux Magazine marque sa solidarité avec les agriculteurs et renverse son logo à la Une. Nous souhaitons à l’ensemble de la profession des avancées majeures et souhaitées.   

Ce numéro de janvier-février met la race Normande à l’honneur. Pascal Orvain, président de l’organisme de sélection (OS) Normande, réagit à une décision qui était très attendue : l’Europe entérine l’appellation de qualité STG Boeuf de race Normande. Avec Rémy Rouaud, du Gaec Le Moulin à Vent (Loire-Atlantique), nous revenons sur la filière Ma Normande Locale valorisant la qualité bouchère de la race. Nous vous racontons aussi l’histoire d’une réussite familiale. Le Gaec mayennais des Clairventes s’est construit au fil du temps un complexe laitier doté de trois robots pour 155 Normandes et une production de 1,6 million de litres. Enfin, Origen Normande et Synetics font le point sur l’actualité génétique de la race Normande.      

Côté nutrition : direction les Ardennes, chez Bruno Faucheron (EARL de Cheveuges). Cet éleveur bio s’appuie sur l’herbe pour nourrir son troupeau laitier selon la valeur et le volume des fourrages de l’année. Retrouvez également les conseils de Jean-François Floquet, de la société Lallemand Animal Nutrition, sur la conservation des fourrages ainsi qu’une analyse des résultats techniques de la culture de soja en local par l’Idele. 

Côté santé : un point sur l’épizootie de MHE en France. 

Côté équipement : un panorama sur les tracteurs de grande puissance, à l’image des derniers modèles de Massey Ferguson, Valtra et Fendt. Nous vous présentons également le tracteur autonome de Kubota de 100 ch. Pour le transport de l’ensilage, les bennes de Krone, Joskin et Bergmann présentent de sérieux arguments. 

Côté gestion : un reportage en Mayenne au Gaec Curtat. À l’heure où les relations sont souvent tendues avec les collecteurs laitiers, les associés louent l’attitude du groupe Bel. Leur stratégie, tournée vers la qualité et l’autonomie, est récompensée par le prix. En 2023, le lait a été rémunéré 564 €/1000 l pour un prix de base fixé à 471 €/1000 litres. Dans cette rubrique, on s’intéresse aussi à la cybersécurité en élevage et aux moyens de se protéger du piratage informatique. 

Côté innovation : nous parlons d’intelligence artificielle avec Quentin Garnier. Ce vétérinaire a lancé aiHerd, un dispositif basé sur la visualisation du troupeau 24 heures sur 24 et l’analyse, par des algorithmes, de son comportement, avec un renvoi des alertes aux éleveurs. 

Sans oublier nos rubriques traditionnelles : l’Euro Dairy Ex-Press, les tableaux de bord, notre revue de presse et nos informations culture.

Lisez également

Savencia-Sunlait : un délai de grâce

Les contrats-cadres de quatre des six OP Sunlait, qui arrivaient à échéance en mars, sont prolongés jusqu'au 31 octobre.