Avec Yperios, le croisement industriel se met à l’heure européenne

La coopérative française Auriva-Élevage et le groupe allemand Phönix s’associent pour développer Yperios, une stratégie de croisement industriel. 

En 2020, la coopérative Auriva-Élevage innovait en lançant la toute première marque de croisement made in France. Baptisée Yperios, celle-ci propose aux éleveurs laitiers un croisement industriel sécurisé pour les veaux destinés au marché de la viande. Grâce à l’initiative d’Auriva-Élevage, l’éleveur peut choisir parmi une gamme complète de géniteurs, scindée en Yperios Inra 95 et Yperios Excellence (Excellence Charolais). L’ambition de cette marque devient européenne puisque 5 coopératives du groupe allemand Phönix ont choisi d’adhérer à l’Union de coopératives et Entreprise de sélection Auriva-Élevage pour les programmes des races Yperios 95 et Yperios EXC.
Après plusieurs mois d’échanges et de concertation, les coopératives RUW, RSH, RBW, RinderAllianz, Qnetics et Auriva-Elevage nouent avec cette adhésion un véritable partenariat. Ce nouveau rapprochement franco-allemand vient ainsi confirmer l’importance croissante du croisement terminal au sein des stratégies d’élevage des éleveurs européens.

Le lancement d’Yperios a été accompagné par la sortie de nouveaux indicateurs économiques €UROVAL. Ces derniers ont été calculés d’après des centaines de milliers de données cumulées sur plus de 10 ans. Ces index reposent sur les performances des produits nés de taureaux issus des principales races à viande utilisées en croisement sur vaches laitières. Les informations ont été collectées auprès de coopératives partenaires de Auriva-Élevage et de Vandrie France. Elles ont été ajustées et comparées sur une même base pour des taureaux de plusieurs races, issus de différentes zones géographiques et communément utilisés pour le croisement sur des vaches Montbéliardes, Normandes et Holsteins. L’évaluation €UROVAL permet donc de comparer les effets génétiques de taureaux de races différentes.

Lisez également

Le maïs n’est pas à la fête

Alors que le rendement du blé s’affiche en légère hausse sur un an, le maïs …