Cinq priorités en nutrition animale

La souveraineté des filières animales passe aussi par les fabricants d’aliments, réaffirment leurs représentants.

« Dans le cadre du plan gouvernemental de reconquête de la souveraineté de l’élevage, un maillon essentiel de la filière, celui de la nutrition animale, vient de définir un plan sectoriel spécifique », annoncent les trois syndicats professionnels (1) dans un communiqué du 16 mai. Ce plan « pour une souveraineté décarbonée et compétitive » est décliné en cinq axes :

Gagner en efficience par la nutrition de précision

L’objectif consiste à optimiser les ressources et la performance zootechnique en améliorant l’efficience alimentaire. Cela implique d’ajuster les apports nutritionnels en temps réel, de s’adapter à des matières premières variables, et de développer une alimentation adaptée à chaque élevage pour réduire les impacts environnementaux et améliorer la compétitivité économique.

Œuvrer pour la compétitivité des filières d’élevage

Ce volet vise à renforcer la compétitivité des filières d’élevage en assurant un accès sécurisé à des intrants diversifiés, en optimisant les processus et la logistique, et en soutenant l’exportation des produits avec un savoir-faire associé.

Décarboner et réduire les impacts environnementaux

Il s’agit de réduire les émissions de gaz à effet de serre en décarbonant les outils industriels, les transports, et les aliments composés. Cela passe par l’optimisation des processus, la réduction des impacts environnementaux des intrants, l’apport de solutions nutritionnelles et l’accompagnement des élevages dans la décarbonation.

Contribuer à la santé et au bien-être animal

Ce volet vise à développer et faciliter l’accès au marché des solutions nutritionnelles pour maintenir les animaux en bonne santé et réduire l’usage de traitements médicamenteux. Il inclut également des mesures de biosécurité pour préserver les élevages des agents pathogènes.

Nourrir les animaux pour nourrir la population en diversité et en qualité

L’ambition est de garantir un haut niveau de sécurité sanitaire des aliments livrés en élevage, d’améliorer par l’alimentation la qualité nutritionnelle des denrées alimentaires d’origine animale, et d’accompagner les filières dans toutes leurs diversités pour répondre aux attentes des consommateurs.

BC

(1) Le Syndicat national de l’industrie de la nutrition animale (Snia), La Coopération Agricole nutrition animale (LCAna), l’Association des fabricants de compléments et d’additifs pour l’alimentation animale (Afca-Cial).

Lisez également

Salers et Simmental en tête d’affiche

Le Sommet de l’élevage se tiendra du 1er au 4 octobre prochains à Cournon-d’Auvergne.