Le maïs fourrage quasi stable

La sole de maïs fourrage est attendue en hausse de 0,3 % cette année, celle de maïs grain de 9,6 %.

« L’estimation réalisée au 1er mai des surfaces de céréales pour l’ensemble de la récolte 2024 confirme la hausse des surfaces prévues pour les cultures de printemps, en lien avec la baisse de cultures d’hiver qui n’ont pu être semées du fait des intempéries », note le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 15 mai.

« Les surfaces de maïs fourrage sont estimées à près de 1,3 million d’hectares (Mha). Elles seraient quasi-stables par rapport à 2023 (+ 0,3 %) mais en deçà de la moyenne 2019-2023 (- 3,5 %). Par rapport à 2023, elles seraient en baisse dans les régions du nord-est et en Bretagne, et en hausse partout ailleurs, en particulier en Pays de la Loire (+ 12,6 %) et en Nouvelle-Aquitaine (+ 7,7 %). »

Progression du sorgho

« La première estimation pour les surfaces de maïs grain (y compris semences) en 2024 aboutit à 1,4 Mha, avec une hausse dans toutes les régions. Cette hausse serait particulièrement marquée en Nouvelle-Aquitaine (+ 15,6 %), Grand-Est (+ 7,0 %), Pays de la Loire (+ 13,9 %) et Occitanie (+ 8,2 %). Les surfaces de semences seraient en repli par rapport à 2023 (- 4 %), tandis que celles de grains augmenteraient de 130 000 ha (+ 10,5 %) après des surfaces historiquement faibles en 2023 (1,2 Mha, hors semences). La sole 2024 de grains resterait en deçà de la moyenne 2019-2023 (- 5,1 %). »

« La sole de sorgho grain est estimée à 69 000 ha en 2024, en hausse de 25,4 % par rapport à 2023 et de 2 % par rapport à la moyenne 2019-2023 », indique encore le ministère de l’agriculture.

BC

Lisez également

Salers et Simmental en tête d’affiche

Le Sommet de l’élevage se tiendra du 1er au 4 octobre prochains à Cournon-d’Auvergne.