Des prairies contrastées

Inférieure à la moyenne au niveau national, la pousse de l’herbe demeure néanmoins excédentaire en Normandie, Bretagne et Hauts-de-France.

« Au 20 septembre 2023, la pousse cumulée des prairies permanentes au niveau national est inférieure de 8 % à celle de la période de référence 1989-2018 », indique le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 29 septembre.

« La situation est contrastée sur le territoire, avec un déficit qui s’accentue dans le quart nord-est du Massif Central et un excédent qui s’accroît en Normandie. Excepté dans le tiers nord-ouest de la France, le manque de pluie et les récentes chaleurs ralentissent la pousse. »

Au 20 septembre, la pousse cumulée des prairies « atteint 81 % de la production annuelle attendue, soit 7 points de moins que la moyenne de référence normale », précise encore le ministère de l’agriculture.

BC

A télécharger :

Une saison de pâturage idyllique ? (Inrae du Pin, 4 oct. 2023)

Qualité des triticales 2023 (Arvalis-FranceAgriMer, octobre 2023)

Qualité des orges fourragères 2023 (Arvalis-FranceAgriMer, octobre 2023)

Qualité des blés 2023 (Arvalis-FranceAgriMer, septembre 2023)

Lisez également

6 200 €/ha en 2023

Le prix moyen des terres et prés libres a progressé de 1,5 % en 2023, en dépit d’un repli de 0,3 % dans les zones d’élevage bovin.