Grassman + Pâturnet = HappyGrass

HappyGrass se présente comme « l’outil prairie le plus complet du marché » et sans nul doute le moins cher puisque la version de base est gratuite la 1e année. Paramétré pour les troupeaux allaitants, il a vocation à s’élargir aux besoins de la vache laitière.

Au début étaient deux outils numériques : Grassman, un bouquet d’applications dédié au pilotage des prairies développé conjointement par l’Institut de l’élevage (Idele) et les semenciers Jouffray-Drillaud et MAS Seeds ; et PâturNET, un outil numérique dédié à la gestion du pâturage lancé par Conseil Elevage 25-90, Haute-Saône Conseil Elevage, Eva Jura et Cantal Conseil Elevage. Désormais, les deux applications sont réunies dans un seul outil fonctionnant sur ordinateur et smartphone (pour un enregistrement au champ même sans réseau), HappyGrass (littéralement « Herbe heureuse » en anglais), qui poursuit « deux objectifs : moderniser la gestion du pâturage, souvent sous-exploité, et prouver ses bonnes pratiques » (lait de pâturage, AOP…), explique Philippe Grosperrin (Conseil Elevage 25-90). Entre 1 et 1,5 tMS/ha d’herbe serait couramment gaspillée à l’automne dans l’Ouest, évalue Patrice Pierre (Idele). « On pourrait facilement augmenter de 2 tMS/ha les rendements en herbe », ajoute Daniel Perrin, secrétaire général de la FNPL et administrateur du Cniel, qui soutient le déploiement d’HappyGrass.

HappyGrass comporte d’ores et déjà 6 modules complémentaires organisés autour de la prairie, continue Patrice Pierre : Composer : faire les bons choix d’espèces et de doses au semis ; Fertiliser : ajuster les apports d’azote ; Identifier la flore en place : une centaine d’espèces de graminées, légumineuses et autres plantes font déjà l’objet de 500 photos ; Lutter contre les adventices en recourant ou non à la chimie ; Faucher : planifier les récoltes en fonction de la météo (données IBM couvrant la France, la Belgique et la Suisse), du développement végétatif ou de la destination (foin, ensilage ou enrubannage) ; Qualifier les foins selon la qualité perçue (odeur, conditions de récolte).

Bientôt le parcellaire

En 2021, 6 autres modules viendront s’ajouter : Choisir ses dérobées fourragères ; Choisir ses plantes de service ; Qualifier les ensilages et les enrubannages (critères visuels et olfactifs, stade de récolte, conditions de récolte et de conservation) ; Organiser les surfaces à la mise à l’herbe (calculer la surface nécessaire pour un couple vache allaitante-veau à la mise à l’herbe au printemps) ; Alerter sur les stades des prairies pour agir au bon moment (1er apport d’azote, date prévisionnelle pour un foin ou un ensilage précoce ou tardif) ; Gérer le stress thermique (alerter avant les pics de chaleur pour anticiper l’inconfort thermique – « les espèces sont hiérarchisées selon leur aptitude à la dessication », précise Patrice Pierre). Au début 2021, HappyGrass proposera aussi la cartographie afin d’entrer le parcellaire de l’exploitation.

HappyGrass, « Votre assistant prairie », est disponible chez 27 distributeurs en régions, liste qui a vocation à s’élargir. « Nous sommes prêts à examiner toutes les candidatures », indique Philippe Grosperrin. Le nouvel outil numérique fait l’objet d’une double proposition commerciale : l’offre « découverte » est gratuite la 1e année – de sorte que « tous les éleveurs y aient accès », insiste Daniel Perrin – puis facturée 3,99 €/mois. Elle inclut les alertes, le module « Composer », le parcellaire (quand il sera disponible) et les calculs d’investissement. L’offre « expert » intègre toutes les autres fonctionnalités ; elle est facturée 14,99 €/mois passé un 1er mois gratuit et sans engagement.

BC

Lisez également

Le lait bio « n’est pas en crise »

Si « l’offre est momentanément supérieure à la demande, rien ne laisse penser qu’un palier de …