La FNSEA appuie la contractualisation

« La filière bovine a besoin de jalons et de visibilité », fait valoir Christiane Lambert.

La FNSEA a présenté à la presse, le 11 janvier, ses « 30 propositions pour un projet présidentiel ambitieux ». A cette occasion, sa présidente, Christiane Lambert, est revenue sur le « changement culturel » voire de « paradigme » que constitue, pour les éleveurs comme pour les industriels, la contractualisation obligatoire, par étapes, de la vente des bovins, imposée par la loi Egalim 2 : animaux finis de race à viande au 1er janvier 2022, animaux maigres de race à viande au 1er juillet 2022, vaches laitières au 1er janvier 2023.

Si le « sursaut » actuel des cotations ne favorise pas l’engagement pluriannuel des opérateurs de l’aval, reconnaît Christiane Lambert, « la filière bovine a besoin de jalons et de visibilité » pour se consolider. Plus que jamais, il faut « expliquer » et faire de la « pédagogie », alors que les opposants à la réforme donnent de la voix. « La FNB a bien anticipé, depuis octobre 2021. Une vingtaine de départements ont mis en place des formations pour accompagner les éleveurs », complète Henri Biès-Péré, 2e vice-président de la FNSEA.

BC

A télécharger :

Les outils de la contractualisation bovine (Interbev)

La filière bovine joue les crash tests (Agriculture Stratégies, janv. 2022)

Manifeste présidentiel du Caf (janvier 2022) – NB. Le Conseil de l’agriculture française (Caf) réunit la FNSEA, les JA et la CNMCCA (Confédération nationale de la mutualité, de la coopération et du crédit agricoles).

Lisez également

Le maïs n’est pas à la fête

Alors que le rendement du blé s’affiche en légère hausse sur un an, le maïs …