La MHE aux portes de la Bretagne

Les Deux-Sèvres, la Loire-Atlantique et le Lot sont désormais infectés.

À la date du 22 novembre, 3 527 foyers de maladie hémorragique épizootique (MHE) étaient recensés en France dans des élevages, a annoncé vendredi le ministère de l’agriculture. Ces foyers concernent 17 départements (par ordre d’apparition de l’épizootie) : Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Gers, Landes, Ariège, Aude, Tarn, Lot-et-Garonne, Gironde, Tarn-et-Garonne, Dordogne, Corrèze, Vendée, Deux-Sèvres, Loire-Atlantique et Lot (voir carte – source : GDS France).

« Les premiers foyers de maladie hémorragique épizootique (MHE) ont été déclarés en France en septembre 2023 dans des élevages de bovins du Sud-Ouest », rappelle le ministère. « Cette maladie infectieuse due à un virus est transmise exclusivement par des moucherons du genre Culicoïdes, les mêmes que ceux de la fièvre catarrhale ovine (FCO). La détection de foyers de MHE entraîne des mesures de lutte et de prévention spécifiques dans un rayon de 150 km autour des foyers. »

« 50 % des troupeaux d’une zone atteinte sont atteints »

« Une étude est engagée dans des élevages infectés pour consolider les données de mortalité et de morbidité. Les soins mis en œuvre permettent dans la quasi-totalité des cas une guérison des animaux malades en quelques jours », continue à affirmer le ministère.

Emmanuel Garin, vétérinaire épidémiologiste chez GDS France, observe de son côté que « les premières remontées de terrain semblent indiquer qu’au moins 50 % des troupeaux d’une zone atteinte sont atteints et qu’il y a des vagues d’infection ». Il note également que « la morbidité en élevage varie de 1 % à 100 % des adultes sur une même zone. » Par ailleurs, « plusieurs élevages » ont été confrontés à une « mortalité parfois importante », a-t-il expliqué le 15 novembre lors d’un webinaire UMT PSR (1) sur la santé des ruminants.

BC

Illustration : carte GDS France des cas cliniques de MHE et de FCO au 23 novembre 2023. En violet, les départements touchés par la MHE ; en vert ceux touchés par la nouvelle souche du sérotype 8 de FCO ; en bleu ceux touchés par les deux maladies.

(1) L’Unité mixte technologique (UMT) Pilotage de la santé des ruminants associe l’Institut de l’élevage, l’Ecole vétérinaire de Toulouse et I’Inrae.

Lisez également

L’agrivoltaïsme contesté en justice

La Confédération paysanne saisit le Conseil d’Etat et interroge la constitutionnalité de la loi sur les énergies renouvelables.