La viande bovine se désespère

La viande bovine se désespère

Aucun contrat assurant la couverture du coût de production des éleveurs n’a été signé, déplore la FNB.

« Seize mois après la signature du Plan de Filière viande bovine et six mois après la promulgation de la loi sur les Etats Généraux de l’Alimentation (EGA), pas un seul contrat assurant la couverture du coût de production des éleveurs n’a été signé. Et la dynamique de montée en gamme ambitieuse, décidée collectivement, n’a toujours pas démarré », déplore la Fédération nationale bovine (FNB) dans un communiqué du 25 avril.

« Hausse de la consommation et de la demande en viande bovine de qualité, application de la loi EGA et validation d’un indicateur de coût de production des éleveurs au sein de l’interprofession, ouverture du marché chinois et obtention d’agréments pour l’exportation par trois entreprises françaises. Plus que jamais, en ce début d’année 2019, la conjoncture est propice à une hausse des prix payés aux éleveurs de bovins. C’est pourtant une tendance contraire qui s’observe aujourd’hui : les cotations stagnent, la contractualisation ne se développe pas et la part de viande bovine Label Rouge, censée atteindre 40% d’ici 2022 selon les engagements pris par l’ensemble des acteurs du secteur, n’augmente pas. Cette situation résulte de la mauvaise volonté des entreprises de l’aval de la filière, de leur mépris total pour les travaux menés au sein de l’interprofession et de leur incapacité à prendre la mesure de l’enjeu d’une stratégie partagée en faveur de la pérennité de l’élevage français. »

« La prise de conscience n’a pas eu lieu »

« Parce que la seule responsabilisation des acteurs de l’interprofession n’a, dans le secteur bovin, pas fonctionné et que la prise de conscience collective attendue n’a pas eu lieu, les pouvoirs publics doivent désormais tout mettre en œuvre pour garantir l’application de la loi et la concrétisation des engagements collectifs pris dans le cadre des EGA. La FNB demande notamment au Gouvernement de procéder à un suivi précis et régulier de la mise en œuvre du Plan de Filière et la réalisation des objectifs affichés par chaque acteur du secteur, et d’encourager le développement rapide du Label Rouge en viande bovine avec une contractualisation obligatoire sur ce segment de marché. Il est par ailleurs indispensable que les pouvoirs publics accompagnent les éleveurs par un appui politique et logistique dans leur projet de structuration à l’export. »

Selon Bruno Dufayet, président de la FNB, « les EGA se sont traduits par des engagements collectifs pour notre secteur que les éleveurs sont aujourd’hui seuls à tenter de concrétiser. Nous améliorons nos pratiques, nous faisons évoluer notre métier pour répondre aux attentes de la société… mais nos revenus continuent de baisser et les importations de viandes continuent d’augmenter ! Le progrès, prôné par les industriels, les distributeurs et le Gouvernement, ne se fera pas plus longtemps sur le dos des éleveurs : il est urgent que chacun prenne ses responsabilités », conclut le communiqué.

BC

A télécharger :

Les cotations hebdomadaires des viandes (FranceAgriMer, 30 avril 2019)

Les prix agricoles en mars 2019 (ministère de l’agriculture, 30 avril 2019)

Augmenter le pâturage pour améliorer le revenu en bovins viande (Inosys-Réseaux d’élevage, avril 2019)

54321
(0 votes. Average 0 of 5)