Dernières nouvelles

L’agroéquipement reste sous tension

Le marché français du machinisme agricole pourrait enchaîner une troisième année record consécutive en 2023, en dépit de commandes en « chute libre » en début d’année.

Les dirigeants du Syndicat des industriels de l’agroéquipement (Axema) ont fait le point, le 25 mai devant la presse, sur l’année écoulée et esquissé des perspectives pour la suite. Les ventes de matériels neufs se sont établies au niveau record de 8,3 milliards d’euros en 2022. Un chiffre en progression de 15 % sur un an qui s’explique par l’inflation (+ 12 %) plutôt que par l’accroissement des volumes (+ 2,5 %).

Les cours de l’acier et de l’inox, qui représentent un tiers du prix de revient d’un matériel, ont triplé entre octobre 2020 et mai 2022 avant de revenir, en ce printemps, à un niveau double de celui qui prévalait en 2019/2020, constate Axema. La pénurie de composants, notamment chinois, a par ailleurs occasionné un allongement des délais de livraison de trois mois en moyenne. Les choses se normalisent peu à peu, avec un délai de livraison ramené de 20 semaines durant l’hiver 2022 à 16 semaines en mars 2023.

+ 30 % en trois ans pour les prix

Rien de tel, en revanche, pour les prix catalogue, qui devraient à nouveau progresser de 5 % à 10 % en 2023, portant l’inflation des matériels à environ 30 % sur trois ans. Jusqu’à la fin d’année 2022, les commandes ont continué d’affluer dans les concessions, portées par les bons revenus agricoles – ils expliquent 90 % des variations d’activité interannuelles du secteur de l’agroéquipement, selon Axema – et par les divers plans de relance.

En revanche, les commandes ont plongé de 36 % sur un an au premier trimestre 2023. « Simple trou d’air ou retournement du marché ? », s’interroge Axema. Les immatriculations récentes donnent une indication : elles diminuent de 6,2 % pour les matériels neufs sur les quatre premiers mois de l’année mais elles progressent de 5,2 % pour les matériels d’occasion.

BC

A télécharger :

Coût des opérations culturales 2023 (Chambres d’agriculture, août 2023)

En tracteur aussi, mettez votre ceinture de sécurité (MSA, 28 juin 2023)

Lisez également

L’art de l’adaptation

Éleveur bio dans les Ardennes, Bruno Faucheron s’appuie sur l’herbe pour nourrir 100 (+/- 20) vaches selon la valeur et le volume des fourrages de l’année.