Le marché foncier « au plus haut »

Le prix moyen des terres et prés libres a progressé de 3,2 % en 2022 pour s’établir à 6 130 €/ha. Et même de 7,2 % en Normandie (9 010 €/ha).

Le marché foncier agricole a enregistré une activité record l’an passé, tant en nombre de transactions (+ 2,5 % à 106 130) que de surfaces échangées (+ 2,7 % à 480 400 ha) ou de valeur (+ 4,9 % à 7,1 milliards d’euros), a annoncé, le 25 mai, la Fédération nationale des Safer.

Le prix moyen des terres et prés libres a progressé de 3,2 % en 2022 pour s’établir à 6 130 €/ha – son niveau maximal depuis 1999 –, effaçant le repli de 2,3 % constaté en 2021. Le prix atteint 4 650 €/ha (+ 1,7 %) dans les zones d’élevage bovin, 6 210 €/ha (+ 5,2 %) en polyculture-élevage et 7 390 €/ha (+ 1,6 %) en grandes cultures. Ces hausses de prix s’inscrivent dans un contexte de baisse du nombre des transactions (- 1 % à 56 880) et des surfaces échangées (- 5 % à 232 500 ha). Au final, le marché reste quasiment stable en valeur (- 0,2 % à 4,7 milliards d’euros). Les prix et leurs évolutions sont contrastés selon les régions : – 3,4 % dans le Grand Est (6 390 €/ha), + 0,7 % en Bretagne (5 960 €/ha), + 2,3 % en Pays de la Loire (3 900 €/ha), + 7,2 % en Normandie (9 010 €/ha).

« Anticiper » la loi Sempastous

Le marché des terres et prés loués progresse en nombre de transactions (+ 7 % à 49 260), en surfaces (+ 11,1 % à 248 000 ha) et en valeur (+ 16,3 % à 2,45 milliards d’euros). Cette hausse des biens loués « est portée par des biens à forte valeur. En effet, si le nombre de biens loués bâtis a augmenté de seulement 2,5 %, leur valeur a bondi de 18,2 % », soulignent les Safer. Le prix moyens des biens loués progresse au niveau national (+ 2,9 % à 5 060 €/ha) et dans toutes les régions : de + 0,8 % dans le Grand Est (6 720 €/ha) à + 6,8 % dans le Centre-Val de Loire (5 430 €/ha). La Normandie affiche les prix les plus élevés (7 500 €/ha).

Le marché des parts sociales (802 400 ha en 2022) connait des niveaux inédits, en nombre de transactions (+ 25 % à 9 490) comme en valeur (+ 105 % à 3,1 milliards d’euros). Les Safer y voient un « probable effet d’anticipation » sur la mise en œuvre de la loi Sempastous, de pleine application depuis le 1er avril 2023. Les cessions de parts garantissant une prise de contrôle de la société progressent notablement dans la mesure où elles concernent 24 % des transactions en 2022, contre 19 % en 2021. Près de la moitié (46 %) des cessions interviennent entre les membres d’une même famille.

BC

A télécharger :

Valeur vénale des terres en 2022 (ministère de l’agriculture, 6 juillet 2023)

Le marché du foncier agricole en 2022 (Groupe Safer, 25 mai 2023)

Installation et transmission en agriculture (Cour des comptes, avril 2023)

Evolution des modes de portage du foncier (CGAAER, février 2023)

Lisez également

Lactalis poursuit son développement

Le chiffre d’affaires (29,5 Md€) et le résultat net (428 M€) ont légèrement progressé en 2023.