Lely présente l’Astronaut A5

Le groupe Lely a célébré, le 10 avril dernier, sur son campus de Maassluis (Pays-Bas), son 70e anniversaire. Pour l’occasion, une 5e version de son robot de traite Astronaut a été dévoilée, de même qu’un nouveau repousse-fourrages Lely Juno.

L’Astronaut 5 (A5) – l’A1 avait vu le jour en 1992 – marque une « nouvelle étape importante » en matière de robotisation de la traite, affirment Alexander von der Lely, PDG du groupe, et Gijs Scholman, directeur des ventes. La marque néerlandaise emploie 1 200 collaborateurs dans 40 pays et possède deux usines de fabrication aux Pays-Bas et aux États-Unis. Lely revendique 30 000 Autronaut en fonctionnement, soit 2 millions de vaches laitières traites à travers le monde. Les « vaches Lely » produisent en moyenne 9 134 kg de lait par an, contre 8 809 kg pour celles traites avec un robot d’une autre marque, affirme Lely, comparatif 2017 à l’appui.

Bientôt une offre de location

Les clients français qui devaient être livrés, au printemps, d’un A4, se sont vu proposer la version 5, légèrement plus chère que la précédente (aucun tarif n’est dévoilé). D’ici à la fin juin, une quarantaine d’A5 devraient avoir démarré en France (3 élevages tests ont été équipés depuis l’été 2017 dans l’ouest de la France). En parallèle, Lely France va lancer, « dans les prochains mois », une offre de location aux 1 000 litres de lait produits. Là non plus, aucun tarif n’est dévoilé, mais il sera fonction des options retenues.

Coûts d’utilisation réduits

De l’A4 à l’A5, le design n’est pas profondément bouleversé, non plus que l’encombrement de la machine, de sorte qu’un éleveur peut faire évoluer son système. Mais, sous les capots de protection, quantité de choses ont été améliorées, assurent les représentants de la marque : électronique dernier cri, plus grand silence de fonctionnement, maintenance facilitée pour l’éleveur comme pour le technicien, fiabilité améliorée, diminution de la consommation d’électricité (- 20 %) grâce à un moindre temps d’utilisation du compresseur (- 85 %) – ce qui conférerait à cette pièce une espérance de vie de 15 ans –, baisse de la consommation de consommables, paramétrage des premières traites avec 2 boutons…

Un nouveau bras plus réactif

Vu de l’extérieur, le plus grand changement concerne le nouveau bras hybride (pneumatique et électrique) présenté par Lely comme « silencieux, plus rapide, économe en énergie et aussi plus précis. Il permet une traite régulière et uniforme chaque jour. Pendant la traite, le bras du Lely Astronaut A5 suit instantanément chaque mouvement de la vache et reste sous la mamelle. En cas de mouvement inattendu, il se déplace rapidement. Cela garantit un processus de traite complet et rapide, même pour les primipares. Avec le nouveau système de détection des trayons TDS (Teat Detection System), la pulvérisation des trayons après la traite a été améliorée grâce au scan de la mamelle lors de la pulvérisation. Cela garantit une hygiène optimale de la mamelle et limite le risque de contamination ». La même quantité de produit est projetée, mais de manière plus ciblée qu’elle ne l’était sur l’A4, explique un technicien.

Le nouvel écran tactile, « plus intuitif et plus facile à utiliser », réunit toutes les informations disponibles. Et « il suffit d’un seul clic pour réaliser instantanément des tâches telles que la distribution d’aliment, le tri de certaines vaches et l’entretien quotidien », dont la durée est annoncée à 15 minutes matin et soir.

BC

Lisez également

Un guide du bâtiment laitier

Le Cniel publie « Construire un bâtiment pour le troupeau laitier : démarche, outils, acteurs …