Les atouts de la petite méthanisation

Un guide y voit une « opportunité pour réduire les émissions directes de gaz à effet de serre en élevage ».

« La petite méthanisation agricole ou « à la ferme » se caractérise par un porteur de projet unique, une puissance installée modérée liée à la volonté d’être relativement autonome en intrants, une installation simple dans sa conception, mais aussi dans les équipements employés et son mode de fonctionnement », résume un Guide de la petite méthanisation publié par les instituts techniques des productions animales (Idele, Ifip, Itavi). « Dans le domaine de l’élevage, le digesteur est ainsi principalement alimenté par les déjections animales, éventuellement complétées avec de la biomasse végétale issue de l’exploitation. La part d’intrants organiques provenant de l’extérieur reste marginale. En général, la puissance de ces installations n’excède pas 100 kW de puissance électrique installée (ou équivalent pour les autres modes de valorisation énergétique). » Selon le guide, 15 % des 1 244 unités de méthanisation en fonctionnement en France relèveraient ainsi de la petite méthanisation agricole.

« Acceptabilité sociale »

« Ces petites unités bénéficient d’une bonne acceptabilité sociétale car elles sont intégrées à l’exploitation : de petites tailles et avec un fonctionnement autonome en intrants, elles ne nécessitent pas de transports de matières. De plus, les exploitations équipées de méthaniseurs portent l’image d’exploitations à énergies positives en produisant plus d’énergie qu’elles n’en consomment, réduisant ainsi leur impact environnemental. Ces petites unités de méthanisation sont des solutions économiquement pertinentes si elles restent simples et fiables techniquement. La grande diversité de coûts d’investissement s’explique en partie par des qualités de matériaux et d’équipements contrastées. »

Le guide aborde le contexte réglementaire et environnemental, décrit quelques procédés et constructeurs présents sur le marché, ainsi que le potentiel méthanogène des différentes déjections animales.

BC

 

Lisez également

« 15 000 € pour les bio »

« Sans un soutien fort et direct aux producteurs, l’avenir de l’agriculture biologique est compromis », alerte …