Dernières nouvelles

Les intrants toujours plus chers

En janvier (avant même la guerre en Ukraine), le prix d’achat moyen des intrants avait à nouveau progressé de 2,3 % sur un mois et de 20,6 % sur un an.

En janvier 2022, la hausse du prix d’achat des intrants « se poursuit (+ 2,3 % par rapport à décembre 2021). En glissement annuel, le prix des intrants accélère encore, avec une hausse de 20,6 % en janvier, après 19,7 % en décembre et 19,0 % en novembre », souligne le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste mise en ligne le 16 mars. Le renchérissement moyen varie selon l’orientation technico-économique des exploitations (Otex) : + 11,8 % en cultures permanentes, + 16,1 % en élevage hors sol, + 16,9 % en élevage herbivore, + 26,8 % en grandes cultures.

« Après avoir baissé entre février 2019 et septembre 2020, le prix des engrais et des amendements s’est fortement redressé ensuite : en janvier 2022, il atteint un niveau record, en hausse de 87,7 % par rapport à janvier 2021 (et de 2,4 % par rapport au mois précédent). On assiste en effet à la poursuite des tensions sur le marché mondial des engrais, entre une demande soutenue et des disponibilités limitées chez les principaux exportateurs en lien avec la hausse du prix du gaz et des coûts du fret. »

« Le prix de l’énergie et des lubrifiants est en forte hausse sur un mois (+ 7,1 %), ainsi que sur un an (+ 34,2 %), dans un contexte de reprise économique mondiale. »

« En janvier 2022, le prix des aliments pour animaux augmente (+ 2,4 % par rapport à décembre) et reste nettement supérieur à celui de janvier 2021 (+ 15,1 %), en lien avec la hausse du prix des céréales et des oléagineux. En particulier, le prix des aliments porcins augmente sur un an de 18 %, celui des aliments pour volailles de 16,5 % et celui des aliments pour vaches laitières de 13,2 % », constate encore le ministère de l’agriculture.

BC

A lire également : L’aliment va fortement renchérir (25 mars 2022)

A télécharger :

Le plus fort renchérissement des intrants depuis 2011 (ministère de l’agriculture, 25 mars 2022)

Conjoncture grandes cultures (FranceAgriMer, 30 mars 2022)

Lisez également

Méthanisation : une évidence agronomique

« C’est l’agronomie qui m’a poussé vers la méthanisation », souligne Julien Delleville, méthaniseur dans l’Allier. Depuis la mise en route de son unité, il économise 35 % de glyphosate sur son exploitation. Retour sur cette démarche présentée lors d’une conférence au Sommet de l’élevage.