Les prairies souffrent

Les pluies demeurent insuffisantes pour une bonne pousse de l’herbe.

« Au 20 juillet 2022, la pousse cumulée des prairies permanentes est inférieure de 21 % à celle observée au niveau national sur la période 1989-2018 », indique le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 28 juillet. « Les pluies, trop rares depuis plusieurs mois, et les fortes chaleurs de juillet ont encore aggravé la situation au niveau national. »

« Excepté dans une partie centrale de la France, où les pluies sont proches de la normale, la sécheresse ralentit la pousse de l’herbe sur la majeure partie du pays. Seules 20 % des régions fourragères ont une pousse supérieure à la normale en juillet. Le déficit de pousse a été important dans une grande partie du Sud-Ouest et le long de la Manche. »

« Depuis le début de la campagne, le déficit atteint 60 % en Paca et dépasse 30 % en Occitanie et dans les Hauts-de-France. Nouvelle-Aquitaine, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire ont un déficit voisin de 15 % alors que, dans les autres régions, il est souvent compris entre 20 et 25 %. »

« Alors qu’au 20 juillet la pousse cumulée atteint normalement 70 % de la pousse annuelle de référence, elle n’atteint en 2022 que 55 % », précise encore le ministère de l’agriculture.

BC

A télécharger :

Pratiques innovantes de gestion de l’eau en agriculture (CGAAER, mars 2022)

Les matières premières de l’alimentation animale en 2020 (ministère de l’agriculture, 1er août 2022)

A consulter :

Vague de chaleur jusqu’à samedi (Météo France, 10 août 2022)

Une sécheresse des sols historique dans de nombreuses régions (Météo France, 5 août 2022)

La conjoncture laitière en vidéo (Cniel, 28 juillet 2022)

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …