Les Sommets d’Or 2021

Le Sommet de l’élevage 2021 se tiendra du 5 au 8 octobre sous le signe de l’« innovation » et de la « convivialité », promettent ses organisateurs.

Le Sommet de l’élevage, qui n’avait pas pu se tenir en 2020 à cause de la pandémie de covid-19, espère bien « rebondir » en 2021, ont témoigné ses dirigeants, le 8 juillet devant la presse. « Deux jours au Sommet, c’est plus efficace qu’une négociation à Bruxelles », fait valoir Jacques Chazalet, le président. La commercialisation des stands est bien engagée, assure le commissaire général du salon, Fabrice Berthon : 875 des 900 stands disponibles sont déjà réservés, soit, à date, 92 % de ce qui avait été réalisé en 2019, « année record ». Côté fréquentation, « nous serions satisfaits si nous atteignions 80% du chiffres de 2019 » (95 000 visiteurs). Plusieurs raisons à cette ambition limitée : l’obligation du pass sanitaire (encore qu’un allégement des règles sanitaires ne soit pas exclu d’ici au 1er octobre) et les restrictions de circulation entre pays qui pourraient rebuter certains visiteurs étrangers.

Cette 30e édition du Sommet de l’élevage pourra compter sur plusieurs nouveautés pour doper son attractivité : 4 jours d’ouverture au lieu de trois habituellement (les organisateurs espéraient à l’origine franchir ainsi les 100 000 visiteurs tout en améliorant la fluidité de la circulation à l’intérieur comme à l’extérieur du Sommet), une 2e halle couverte de 10 000 m2 qui accueillera le secteur laitier, de nouvelles thématiques (énergie, transformation à la ferme), deux concours nationaux en bovins (Simmental et Aubrac, deux races en expansion en France), des ventes aux enchères d’animaux, une cinquantaine de conférences, un « village start up », une digitalisation renforcée mise au service du visiteur avant et après son passage au Sommet : inscription en ligne, prise de rendez-vous avec les exposants, « carrefour génétique », replays de la cinquantaine de conférences et de visites d’élevage, etc.

Sommets d’Or : le palmarès 2021

Les Sommets d’Or distinguant des agroéquipements, des matériels d’élevage ou des services innovants ont reçu 63 dossiers, à peu près comme les années précédentes. Le palmarès 2021 est le suivant :

HYDROKIT : nettoyeur de roues intégré

« Ce nettoyeur embarqué pulvérise de l’eau sous pression via l’hydraulique du tracteur, et l’applique par jet localisé sur les roues du tracteur et des équipements attelés (porte-buses intégrés dans les garde-boue), avec une gestion automatique essieu par essieu. Un tuyau de 20 m sur enrouleur complète le dispositif. »

MASSEY-FERGUSON : MF Protect-U

« Le concept MF Protect-U offre un espace de 24 cm entre le moteur et la cabine et contribue au design unique de ce tracteur. L’utilisateur bénéficie d’une excellente visibilité et d’un confort optimal. Le moteur entièrement encapsulé est isolé de la cabine, réduit le bruit et les vibrations. Ce système isole également la cabine de la chaleur et améliore le refroidissement et l’efficacité du moteur, pour un temps de fonctionnement maximal. »

BASE : un testeur d’humidité des fourrages

« Le testeur THF-0850 mesure l’humidité contenue dans le fourrage en vrac ou en botte, dans la paille ou les résidus de ligneux comme les copeaux et pellets, dont la plage d’humidité est comprise entre 8% et 50%. L’éleveur est prévenu du risque d’échauffement avant le pressage, ce qui est assez novateur car des dispositifs de mesure existent mais une fois les bottes pressées. Le testeur présente des résultats crédibles pour un coût modéré. »

KRONE : faucheuses EasyCut

« Le jury a souhaité faire coup double avec Krone en récompensant deux modèles de faucheuses innovantes : une faucheuse frontale à grande largeur, repliable et à entraînement 100% mécanique (EasyCut F 400 CV Fold), et une faucheuse conçue pour la montagne et les fortes pentes qui bénéficie d’un système de déport hydraulique gauche-droite sans contrainte sur les cardans (EasyCut F Highland). »

OLIMAC SRL : cueilleur à tournesols

« Le DRAGO GOLD est le seul cueilleur à tournesols équipé d’un broyeur hydraulique qui combine le broyage à ras du sol et la récolte du tournesol jusqu’à 1,5 m de haut. On ne récolte que la tête du tournesol sans la tige, évitant ainsi de surcharger la batteuse. La pompe fixée sur le cueilleur est entraînée par cardan et reliée au broyeur par des flexibles. Niveau et température d’huile sont surveillés de la cabine ; le ventilateur peut être inversé pour nettoyer le refroidisseur d’huile. Ce dispositif est compatible avec tous types et marques de moissonneuses, de 6 à 24 rangs. »

VELITEX SAS : une pince pour bâche de mur de silo

Clip Cover Inoxpince consiste en « une pince en fil rigide inoxydable adaptée à toutes les largeurs de murs de silo, du mur amovible au mur banché de 5 à 25 cm. Le but est de tenir les bâches avant et pendant le remplissage du silo, et également lors du désilage, sans les déchirer. Le maintien de la bâche peut se faire à la verticale des murs en cours de remplissage. Les pinces sont conditionnées en paquet de 25 pièces. »

APTIMIZ : application smartphone du temps de travail

« Aptimiz est une application smartphone de mesure automatique et d’analyse du temps de travail, sans aucune saisie. L’outil relève les positions GPS des différents intervenants de l’exploitation. L’agriculteur n’a absolument aucune action à réaliser, tout se fait tout seul : démarrage, détection de l’activité, enregistrement du temps passé. Les temps de déplacements sont affectés à la bonne production. Une interface web permet ensuite à l’agriculteur d’analyser les données de son exploitation grâce à différents tableaux de bord et indicateurs technico-économiques. »

INSTITUT DE L’ELEVAGE : Déclic travail

« Cette plateforme web dédiée aux éleveurs de ruminants combine autodiagnostics et pistes d’évolution sur l’organisation du travail. L’outil comporte trois volets :

– un autodiagnostic rapide pour faire le point sur le travail, identifier les attentes ;

–  l’accès à une base documentaire de plus de 60 pistes de solutions classées en six thématiques (organisation et simplification du système, aménagement des bâtiments, matériel, gestion de la main d’œuvre, travail administratif, transformation et commercialisation), et complétées par plus de 100 “trucs et astuces” ;

–  un annuaire, par département, des conseillers proposant un accompagnement sur le travail, selon leur(s) domaine(s) d’intervention. »

BC

 

Lisez également

Le lait bio « n’est pas en crise »

Si « l’offre est momentanément supérieure à la demande, rien ne laisse penser qu’un palier de …