L’herbe commence à souffrir

Le manque d’eau se fait ressentir dans les prairies normandes.

« La croissance a perdu 20 kg MS/ha/jr en une semaine pour atteindre 52 kg MS/ha/jr », rapporte l’Observatoire normand de la croissance de l’herbe dans sa note du 10 mai. « La quasi-totalité des sites connait une baisse de la pousse de l’herbe. Les rares averses localisées de la semaine dernière ne devraient pas changer la tendance à la baisse dans les semaines à venir. »

« Les prairies à dominante graminées devraient être les premières impactées par le manque d’eau. Les graminées feuillues sont de grandes consommatrices d’eau. Sans retour de pluies dans les prochaines semaines, les réserves en eau du sol déjà faibles (associées à des niveaux d’évapotranspiration croissants) devraient baisser fortement et conduire à une baisse de la croissance de l’herbe. »

Un temps de retour plus long

« Pour ne pas accentuer le phénomène naturel d’assèchement des sols (via la transpiration des plantes), le surpâturage ou les fauches rases sont à éviter. La baisse de la croissance va conduire à un besoin en temps de retour sur les parcelles plus long. Pour rallonger la vitesse de rotation, les rations à l’auge pourront être revues à la hausse et les parcelles fauchées/débrayées réintroduites dans le circuit de pâturage. »

« Pour les parcelles qui n’auraient pas encore été débrayées, il faudra se demander s’il est préférable de maintenir la fauche ou de les faire pâturer au risque de gaspiller (hauteurs d’entrée parfois élevées) », note encore l’Observatoire normand de la croissance de l’herbe.

BC

A télécharger :

Le remplissage des nappes d’eau au 1er mai 2022 (carte du BRGM, 12 mai 2022)

Bulletin de situation hydrologique au 1er mai 2022 (Météo France, 10 mai 2022)

Maintien des surfaces de maïs fourrage en 2022 (ministère de l’agriculture, 10 mai 2022)

Tendances climatiques à trois mois (Météo France, 3 mai 2022)

Note agro-climatique et prairies (Institut de l’élevage, 14 avril 2022)

Lisez également

Maintien de la sole de maïs fourrage

Au 1er mai, les surfaces de maïs fourrage sont attendues en hausse de 0,7% sur …