L’herbe redémarre en Normandie

« L’épiaison des dactyles et fétuques vient compliquer la gestion du pâturage », soulignent les spécialistes des prairies.

« Malgré le sec et les températures de la semaine dernière, la croissance progresse de 10 kg pour arriver à 63 kg MS/ha/jour (égal à la moyenne des 10 dernières années) », indique l’Observatoire normand de la croissance de l’herbe dans sa note du 17 mai.

« La période d’épiaison des dactyles et fétuques est commencée et vient compliquer la gestion du pâturage. Avec un nombre de jours d’avance très hétérogène dans les exploitations (une trentaine, ndlr) de l’Observatoire, la décision de faucher les parcelles épiées n’est pas toujours facile à prendre. Avec plus de 15 jours d’avance, il va être préférable de faucher la parcelle, surtout si vous avez eu de la pluie récemment. En l’absence de ce stock, il vaut mieux faire pâturer la parcelle. »

Topping

« Une fois épiée, la graminée perd ses valeurs nutritives. Pour éviter une perte d’appétence, il est possible de réaliser du topping en fauchant avant le pâturage. Si la météo n’est pas favorable au topping, le pâturage reste possible. Dans ce cas, il va falloir rationner et dimensionner correctement le paddock pour éviter les refus, ou alors faire pâturer par un autre lot d’animaux à la sortie des vaches. »

« Pour éviter un impact important sur la production, il faut éviter d’avoir trop de parcelles épiées, sinon il faut faire le choix d’en faucher quelques-unes », recommande enfin l’Observatoire.

BC

A télécharger :

Tendances climatiques à trois mois (Météo France, 2 juin 2022)

L’état des cultures de céréales au 30 mai 2022 (FranceAgriMer, 3 juin 2022)

Carte des risques de sécheresse (ministère de l’écologie, 18 mai 2022)

Note agro-climatique et prairies (Idele, 16 mai 2022)

L’été avant l’heure (Météo France, 16 mai 2022)

Lisez également

Les grands troupeaux tiennent la forme

Les clôtures de la campagne 2021/2022 révèlent des résultats économiques « historiquement hauts » dans …