Dernières nouvelles

Moins d’aliments composés en 2022

L’industrie européenne de la nutrition animale prévoit un repli de 2,9 % de ses fabrications en 2022, moins marqué en bovin qu’en porc ou en volaille.

La production industrielle d’aliments composés devrait diminuer de 2,9 % en 2022 (- 4,3 millions de tonnes) par rapport à 2021 (150,2 Mt, + 0,03 %), annonce la Fédération européenne des fabricants d’aliments composés (Fefac) dans un communiqué du 20 mai. « Le secteur porcin et avicole de l’UE devrait réduire ses activités en raison du coût élevé des matières premières, de la baisse de la demande du marché et de l’expansion des épidémies de grippe aviaire dans plusieurs pays. Ainsi, les membres de la Fefac anticipent une diminution de 4,2 % pour l’alimentation porcine et de 3 % pour l’alimentation volaille. La production d’aliments pour le bétail devrait diminuer de 1,6 %. »

Cependant, poursuit la Fefac, « les incertitudes du marché restent très élevées en raison de l’agression russe en cours en Ukraine. La perte immédiate de maïs fourrager, de tourteau de tournesol et d’autres matières premières en provenance d’Ukraine et de Russie n’a pu être que partiellement compensée par une augmentation des importations d’aliments pour animaux, principalement en provenance des États-Unis et du Canada. Les principaux défis logistiques persistent quant à la façon de déplacer les stocks de céréales existants hors d’Ukraine et continueront d’avoir un impact sur la disponibilité du marché au cours de la nouvelle campagne de commercialisation. »

Selon la Fefac, les « principaux moteurs du marché qui pourraient peser sur la demande d’aliments composés en 2022 sont :

– la propagation continue des maladies animales (grippe aviaire et peste porcine africaine),

– les incertitudes économiques principalement liées à la guerre en Ukraine,

– des prix sortie de ferme des produits animaux inférieurs au prix de revient,

– certaines décisions de l’UE (pression sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre, politique de bien-être animal, chaînes d’approvisionnement sans déforestation),

– des perturbations de la chaîne d’approvisionnement dues au Covid (restrictions en Chine impactant l’exportation d’additifs et d’autres ingrédients alimentaires). »

BC

A télécharger :

Les fabrications d’aliments bovins en hausse en mars 2022 (Snia/LCA, 1er juin 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 25 mai 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 20 mai 2022)

Rapport hebdomadaire Céré’obs (FranceAgriMer, 20 mai 2022)

Lisez également

Méthanisation : une évidence agronomique

« C’est l’agronomie qui m’a poussé vers la méthanisation », souligne Julien Delleville, méthaniseur dans l’Allier. Depuis la mise en route de son unité, il économise 35 % de glyphosate sur son exploitation. Retour sur cette démarche présentée lors d’une conférence au Sommet de l’élevage.