Dernières nouvelles

2 000 foyers de MHE

L’épizootie de maladie hémorragique épizootique (MHE) affecte désormais onze départements.

« À la date du 26 octobre, 2 019 foyers de MHE ont été recensés en France dans des élevages », indique le ministère de l’agriculture dans son point de situation hebdomadaire du 27 octobre. « Ces foyers concernent les 11 départements suivants : Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Gers, Landes, Ariège, Aude, Tarn, Lot-et-Garonne, Gironde, Tarn-et-Garonne. »

« Une étude est engagée dans des élevages infectés pour consolider les données de mortalité et de morbidité. Les soins mis en œuvre permettent dans la quasi-totalité des cas une guérison des animaux malades en quelques jours », réaffirme le ministère.

« Concernant les évolutions récentes de la situation de la MHE en Europe, la Suisse avait notifié dans la première quinzaine d’octobre deux foyers de MHE dans le canton de Berne et dans le canton du Jura. Des mesures avaient été instaurées dans les départements français couverts par le rayon de 150 kilomètres depuis ces foyers. Toutefois, ces deux foyers ont été infirmés le 24 octobre par les autorités suisses, permettant de lever immédiatement les mesures prises côté français », confirme le ministère.

La FNB réclame des « décisions urgentes d’indemnisation »

« Alors que la survenue des premiers cas de MHE date de plus d’un mois, et que les impacts sanitaires et pertes économiques se font chaque jour plus durement ressentir, les éleveurs bovin viande sont en attente d’annonces de l’Etat dans les plus brefs délais quant aux indemnisations dont ils doivent bénéficier », écrit la Fédération nationale bovine (FNB) dans un communiqué du 27 octobre.

« Pour répondre aux incertitudes des éleveurs sur le terrain, et ne pas ajouter des pertes et surcoûts supplémentaires, la FNB réitère en premier lieu la demande d’une action politique forte aboutissant à la réouverture de tous les flux commerciaux, par signature de protocoles bilatéraux avec les pays européens et pays-tiers, et des dispositions plus globales au niveau communautaire. »

« Concernant l’indemnisation et l’appui aux éleveurs, la FNB a saisi les pouvoirs publics des demandes prioritaires suivantes :

– mise en œuvre d’un dispositif très rapidement opérationnel sous forme d’un site pour le dépôt par les éleveurs d’une demande d’indemnisation concernant les impacts sanitaires : frais de traitement et produits de soins des animaux, temps passé par l’éleveur, mortalité, avortements et problème de fertilité…

– pour les zones touchées par ces impacts sanitaires, des mesures spécifiques de prise en charge de cotisations MSA et d’allégement des charges financières, l’accès à des prêts de trésorerie à taux zéro compte tenu de la situation de trésorerie, la mobilisation des Services départementaux de remplacement et de la MSA en appui aux éleveurs…

– au plan des surcoûts, la prise en charge par l’Etat des PCR et autres frais liés. En tout état de cause, ce coût ne doit pas être à la charge des éleveurs,

– concernant la situation des bovins avec PCR positive, afin d’ouvrir une solution alternative à l’export ou l’engraissement sur zone, une disposition spécifique permettant aux producteurs qui le souhaitent d’orienter ces animaux vers l’abattage, avec compensation financière de l’Etat de la moins-value par rapport à la valeur initiale de l’animal,

– une aide par rapport aux animaux bloqués dans la zone réglementée, le coût moyen de rétention étant évalué à plus de 3 euros/jour,

– pour les situations de dévalorisation commerciale des animaux, une compensation de l’Etat,

– la confirmation d’une dérogation au seuil de chargement pour la Pac, pour les zones où les sorties d’animaux sont perturbées. »

Patrick Benezit, président de la FNB, fait valoir que « les postes de surcoûts, pertes économiques et d’impacts sanitaires sont maintenant clairement identifiés. Et sur le terrain, dans les cheptels touchés par les effets de la maladie, les éleveurs sont de plus surchargés par les soins journaliers à porter aux animaux. Nous demandons à l’Etat de s’engager sur les indemnisations pour redonner espoir et perspectives. »

BC

Lisez également

L’art de l’adaptation

Éleveur bio dans les Ardennes, Bruno Faucheron s’appuie sur l’herbe pour nourrir 100 (+/- 20) vaches selon la valeur et le volume des fourrages de l’année.