Prairies : la pousse dans la « normale »

« L’alternance de périodes sèches et humides favorise une pousse régulière dans la plupart des régions », excepté les Pays de la Loire et l’Occitanie.

Au 20 juin 2021, la production cumulée des prairies permanentes est proche (97 %) de la norme au niveau national, indique le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste mise en ligne le 30 juin. « La part de pousse réalisée à cette date représente 63 % de la pousse annuelle, contre 65 % pour la référence 1989-2018. »

« La pousse cumulée est normale dans les trois-quarts des régions. Elle est déficitaire en Pays de la Loire et Occitanie, excédentaire en Paca. La situation s’est améliorée par rapport au mois précédent en Nouvelle-Aquitaine. Elle s’est dégradée en Pays de la Loire et Bretagne. La production d’herbe est contrastée en Auvergne-Rhône-Alpes, avec un déficit sur le nord de l’Auvergne et une situation normale voire localement excédentaire en Rhône-Alpes. En Nouvelle Aquitaine, la situation est plus favorable dans le Limousin qu’au nord de Poitou-Charentes. Le contraste peut parfois être important au sein même des départements comme dans l’Aube où la pousse est déficitaire dans le nord alors qu’elle est excédentaire dans le sud-est du département. »

« Au 20 juin, 9 % des régions fourragères ont une pousse excédentaire par rapport à la normale, un tiers ont une pousse déficitaire (12 % ont un fort déficit). La pousse printanière, du 20 mars au 20 juin, est inférieure de 5 points à celle de référence au niveau national. Dans plusieurs régions, notamment dans le Sud-Ouest, la pousse avait démarré précocement, ce qui permet aujourd’hui de limiter le déficit cumulé. »

BC

A télécharger : La situation des prairies au 16 juin 2021 (Institut de l’élevage)

 

Lisez également

Méthanisation : quand la justice s’en mêle

La Confédération paysanne s’estime « légitimée à agir contre les dérives de la méthanisation » par un jugement …