Prairies : un déficit de 30% en 2020

Les pluies d’automne, insuffisantes ou trop tardives, n’ont pas permis un redémarrage de la production d’herbe.

« Au 20 octobre 2020, la production cumulée des prairies permanentes est estimée, au niveau national, à 70% de la production cumulée de référence (1989-2018) à la même période », indique le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 30 octobre. « Le déficit concerne dix régions sur douze. Il est particulièrement marqué dans sept d’entre elles qui présentent une production cumulée inférieure à 75% de la production de référence. Les régions du nord-ouest au centre-est sont les plus touchées : le Grand Est, les Hauts-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté affichent des valeurs de production établies respectivement à 47%, 51% et 57% de la référence. La situation est plus favorable en Bretagne et en Paca pour lesquelles la part de pousse annuelle atteint respectivement 96% et 120% de la pousse annuelle de référence. »

La pousse d’été-automne en berne

« A la faveur de conditions hivernales douces en début d’année, la campagne 2020 a débuté avec une pousse d’herbe supérieure à celle établie sur la période de référence. Cependant, le déficit hydrique, constaté précocement dans le nord et l’est puis généralisé sur majeure partie du territoire durant l’été, a ralenti et parfois stoppé la pousse d’herbe. Ainsi, la pousse d’été-automne (du 20 juin au 20 octobre) ne représente que 22% de la pousse d’été-automne de référence. »

BC

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …