Un robot mobile à l’heure du bilan

Mis en place en 2012 sur la ferme expérimentale de Trévarez, le robot de traite mobile impose des contraintes mais il permet de bénéficier, durant la saison de pâturage, d’un coût alimentaire de l’ordre de 15 €/1000 l.

Les Rencontres autour des recherches sur les ruminants (3R), réunies les 7 et 8 décembre à Paris, ont été l’occasion, pour la Chambre d’agriculture de Bretagne et l’Institut de l’élevage (Idele), de faire le point sur dix années d’utilisation, sur la ferme expérimentale de Trévarez (Finistère), d’un robot de traite déplaçable, l’été, au pâturage.

D’abord le contexte : « située en centre Bretagne, la ferme bénéficie d’un climat océanique favorable à la pousse de l’herbe. Comme dans de nombreuses exploitations, son parcellaire est fragmenté avec peu de surface accessible par les vaches laitières autour du bâtiment. En 2012, le choix a été fait de concevoir un robot de traite mobile afin de pouvoir le déplacer deux fois par an depuis le site hivernal jusqu’à un bloc de 23 ha de prairies situé à 4,5 km. Ainsi, d’avril à octobre, les 50 vaches conduites en agriculture biologique sont en régime 100% pâturage. A la fin 2022, vingt transferts du robot entre les sites d’hiver et d’été avaient été réalisés. »

Après 10 ans d’utilisation, la Chambre d’agriculture de Bretagne et l’Idele concluent : « le robot mobile est robuste ; les transferts peuvent être aisément réalisés par les éleveurs eux-mêmes. Les vaches sont restées en moyenne 5 mois par an en régime 100% pâturage et ont produit près de 18 kg de lait/vache/jour avec une fréquence de traite de 1,6 traite/vache/jour pendant la période 100% pâturage. Sur ce régime, le coût alimentaire est réduit de 75% comparé à la période hivernale en bâtiment. Le coût total investissement + fonctionnement demeure élevé, mais cette solution était probablement la meilleure option dans un cadre expérimental. En élevage, agrandir la surface accessible aux vaches laitières par de l’échange parcellaire reste la solution la plus rentable pour concilier efficacement robot et pâturage. »

BC

(crédit photo : Ferme de Trévarez)

A télécharger :

Dix années d’utilisation d’un robot de traite mobile à Trévarez (3R, 8 déc. 2022)

L’impact d’une suppression du concentré de production (Ferme de Trévarez, mars 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 12 déc. 2022)

A visionner :

Robot de traite mobile et pâturage (Ferme de Trévarez)

La « transhumance » du robot de traite (Ferme de Trévarez)

Lisez également

« 15 000 € pour les bio »

« Sans un soutien fort et direct aux producteurs, l’avenir de l’agriculture biologique est compromis », alerte …