L’indication géographique, un atout

Les élevages laitiers sous indication géographique dégagent des résultats supérieurs globalement, mais ils ne se distinguent pas des autres sur le plan environnemental ou du bien-être animal.

Le Centre d’étude et de prospective (CEP) du ministère de l’agriculture vient de publier une Analyse des performances des exploitations laitières bovines sous indications géographiques (IG). Premier aspect abordé : l’économie. « Le revenu courant avant impôt par unité de travail annuel non salarié (RCAI/UTAns) médian est significativement plus élevé pour les exploitations sous IG (30 k€ contre 23 k€ hors IG), avec cependant d’importantes disparités selon les IG. En effet, le RCAI des exploitations en AOP Beurre Charente-Poitou (BCP), IGP de Savoie et AOP de Franche-Comté (FC) est supérieur à celui des exploitations hors IG, et le groupe FC tire particulièrement vers le haut l’ensemble des certifiés, avec un revenu médian de 46 k€, soit le double des exploitations hors IG. La performance des exploitations de l’AOP Munster et du groupe Auvergne-Rhône-Alpes (AR) n’est, elle, pas significativement différente de celle des exploitations non certifiées. »

« L’analyse révèle aussi un surplus de revenu significatif pour les exploitations du groupe AR (+ 6 k€/UTAns), moins important qu’en Franche-Comté (+ 22 k€/UTAns), en raison notamment d’un chiffre d’affaires inférieur reflétant une moins bonne valorisation dans ce groupe. Pour les IGP de Savoie, la différence de revenu avec les exploitations voisines est positive (+ 8 k€), signe d’une meilleure valorisation, mais pas significative, probablement du fait de la faible taille des échantillons. Les AOP Munster et BCP ne montrent pas de différence avec les exploitations les plus proches. En Munster, les consommations intermédiaires sont plus importantes que dans les exploitations hors IG, pénalisant leur valeur ajoutée. Des subventions significativement supérieures leur permettent de ramener le RCAI/UTAns au niveau des non-certifiées. En BCP, des consommations intermédiaires plus élevées que dans les exploitations non IG les plus proches grèvent le résultat économique. »

BC

A télécharger :

Proposition de règlement sur les indications géographiques (Commission européenne, 31 mars 2022)

Durabilité de la filière du Maroilles (INAO, 22 fév. 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 4 mars 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 2 mars 2022)

Conjoncture laitière au 22 février 2022 (Cniel)

Les marchés des produits laitiers et carnés en 2021 (FranceAgriMer, 25 fév. 2022)

Lisez également

Les prairies se reprennent

La douceur des températures et le retour de la pluie ont permis de compenser en …