Une « loi d’avenir » agricole en préparation

Elisabeth Borne a confirmé la mise en chantier d’une « loi d’orientation et d’avenir pour l’agriculture », sans précision sur le calendrier.

La Première ministre a placé son discours de politique générale, prononcé le 6 juillet devant le Parlement, sous le signe d’une « France plus forte dans une Europe plus indépendante », ce qui passe notamment par la « souveraineté alimentaire. Le constat est édifiant : près de la moitié des agriculteurs prendront leur retraite d’ici 2030. Nous devons assurer l’avenir de la filière agricole. La représentation nationale a déjà montré, autour de la question des retraites, qu’elle pouvait s’unir pour nos agriculteurs. Alors, bâtissons ensemble une loi d’orientation et d’avenir pour l’agriculture. Elle permettra de faire émerger une nouvelle génération d’agriculteurs. » Emmanuel Macron avait déjà évoqué cette idée en début d’année.

« Cela passe d’abord par une meilleure rémunération. Par le soutien à la transmission de nos exploitations, à l’entreprenariat. C’est la poursuite de notre soutien massif à l’adaptation de l’agriculture au changement climatique, avec l’assurance récolte, avec des moyens de protection des exploitations. C’est l’investissement pour de nouvelles productions, les protéines végétales notamment. C’est la protection, dans les accords internationaux, contre la concurrence déloyale des pays qui ne respectent pas nos critères sociaux et environnementaux. C’est une politique d’alimentation, qui respecte chacun des acteurs et leur donne une juste rémunération. Beaucoup a été fait lors du premier quinquennat. Nous devons continuer. »

BC

A télécharger : Contribution des Chambres d’agriculture à la durabilité alimentaire (28 juillet 2022)

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …