Vaches contre génisses ?

Les abattages de vaches laitières ou allaitantes diminuent tandis que ceux de génisses augmentent.

En septembre 2022, les abattages de génisses ont progressé de 2,3 % en têtes sur un an, après une hausse de 1,5 % le mois précédent. « Cette augmentation pourrait être en partie liée à la baisse des disponibilités en fourrage due à la sécheresse, les éleveurs préférant conserver les vaches en production au risque de limiter la capacité de renouvellement de leurs cheptels », analyse le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 27 octobre.

« Les abattages de vaches laitières sont en repli de 5,3 % en têtes sur un an. Les producteurs laitiers conservent les vaches dans les exploitations afin de bénéficier de la hausse des cours du lait. A 5 €/kg carcasse, le cours de la vache de type O dépasse de 1,49 €/kg carcasse le niveau de 2021. Les abattages de vaches allaitantes reculent également en nombre de têtes (- 2,8 %). À 5,35 €/kg carcasse, le cours moyen de la vache R dépasse de 1,13 €/kg le cours de l’an dernier. »

« Les abattages de bovins mâles de 8 à 24 mois s’inscrivent dans la même tendance (- 4,6 % en têtes). Le cours de ces jeunes bovins bénéficie toujours d’un déficit d’offre et dépasse de 38 cts/kg le niveau de l’an dernier. Les abattages de veaux de boucherie sont en repli de 3,4 % sur un an. A 6,4 €/kg carcasse, leur cours est supérieur de 15,7 % à son niveau de 2021. »

Hausse des exportations de broutards

« En août 2022, les exportations de broutards dépassent de 10,8 % le niveau de 2021. Après le léger creux de juillet, les ventes de broutards vers l’Italie, principal marché de débouchés pour la France, sont en hausse de 10,2 % sur un an. Cette hausse concerne les broutards légers et les gros bovins mâles. Les ventes de broutards vers l’Espagne progressent de 2,5 % sur un an. Les exportations de veaux d’élevage, destinées essentiellement au marché espagnol, sont en hausse de 11,7 % sur un an. »

« Avec plus de 342 000 têtes, la production de bovins finis est en repli sur un an (- 3 %). Les échanges commerciaux de bovins finis, en repli sur un an, restent limités en nombre d’animaux. »

« Le prix des aliments pour gros bovins reste à un niveau nettement supérieur à celui d’août 2021 (+ 26,4 %) », toujours selon le ministère de l’agriculture.

BC

A télécharger :

Note de conjoncture viandes rouges (FranceAgriMer, 29 nov. 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 16 nov. 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 9 nov. 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 2 nov. 2022)

Note de conjoncture mensuelle lait de vache (FranceAgriMer, 28 oct. 2022)

Note de conjoncture mensuelle viandes rouges (FranceAgriMer, 28 oct. 2022)

Ruée sur les aliments bovins en août (Snia/LCA, 28 oct. 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 27 oct. 2022)

Conjoncture laitière au 26 octobre 2022 (Cniel, 27 octobre 2022)

Lisez également

Les prairies se reprennent

La douceur des températures et le retour de la pluie ont permis de compenser en …