10 % de fermes bio

10 % de fermes bio

L’agriculture biologique a de nouveau battu des records en 2019, y compris en élevage.

L’an passé, 47 196 exploitations étaient certifiées pour la production agricole biologique, soit 5 573 de plus qu’en 2018 (+ 13,4 %), a annoncé l’Agence bio, le 3 juillet 2020. « La part des exploitations françaises engagées dans l’agriculture biologique représente ainsi un peu plus de 10 % des exploitations françaises. À noter, à peine 2 % des fermes bio engagées en 2018 ont cessé leur certification en 2019 pour retourner au conventionnel. »

Les surfaces conduites en agriculture biologique (certifiées ou en conversion) atteignent 2,24 millions d’hectares (+ 13,1 %), soit 8,3 % de la SAU. Parmi elles, les surfaces toujours en herbe (818 000 ha) et les cultures fourragères (554 000 ha) représentent 61 % du total. Plus de 10 % des surfaces fourragères sont aujourd’hui conduites en bio. Leur progression marque néanmoins le pas en raison du « ralentissement de l’engagement des élevages de ruminants, pour la viande et pour le lait, engagement qui avait été porté à des niveaux records les trois dernières années. »

Moindres progressions en lait et viande bovine

« Les cheptels de vaches laitières et les chèvres bio connaissent une évolution à 2 chiffres avec + 10 % et + 12 %, mais moindre que celle connue entre 2017 et 2018 [+ 14 % et + 15 % respectivement]. La progression des bovins viande et des ovins bio, déjà en retrait en 2018, est inférieure à + 5 % en 2019 [+ 8 % en 2018 pour les bovins bio]. La part des cheptels conduite en bio reste à des niveaux équivalents à ceux de 2018. » Précisément, 4 564 élevages bovins laitiers bio ou en conversion détenant 234 037 vaches (7 % du total national) sont recensés, de même que 5 824 élevages bovins allaitants détenant 211 915 vaches (5,3 % du total national). La collecte de lait de vache bio a franchi, en mars 2020, le cap du milliard de litres sur 12 mois glissants au terme d’une croissance record de 80 % en trois ans.

Les produits alimentaires bio dont les ventes ont le plus progressé en 2019 « sont principalement des produits transformés » : + 31 % pour les produits surgelés, + 24 % pour la bière, + 20 % pour les œufs (« le produit le plus consommé en bio »), + 18 % pour les produits laitiers hors lait liquide (+ 26 % en 2018), + 16 % pour l’épicerie ou pour les jus de fruits et boissons sans alcool, + 13 % pour les viandes (+ 21 % en 2018). « Fait notoire, la diversification des produits a permis une revalorisation de + 5 % des produits laitiers (hors lait liquide) en 2019, après une année 2018 où les prix du beurre et de la crème s’étaient envolés », souligne l’Agence bio.

La France talonne l’Allemagne

Le marché alimentaire bio a atteint 11,9 milliards d’euros en 2019 (+ 13,5 %) et représente désormais 6,1 % des achats des ménages. Ainsi la France est-elle sur le point de rattraper l’Allemagne (11,97 Mds€ de ventes en 2019), leader européen du bio. Les achats de produits bio en restauration hors foyer sont évalués à 640 millions d’euros (+ 16,4 %). La consommation de produits alimentaires bio a doublé en cinq ans. La grande distribution assure plus de la moitié des ventes (55 %), devant les magasins spécialisés bio (28 %), la vente directe (11 %) et les artisans et commerçants (6 %).

BC

A télécharger : Les chiffres 2019 du secteur bio (Agence bio, 9 juillet 2020)

54321
(0 votes. Average 0 of 5)