131,1 q/ha en fourrage

Le ministère de l’agriculture révise à nouveau à la hausse le rendement et la production de maïs fourrage.

Au 1er décembre, la production 2023 de maïs fourrage était estimée à 16,3 millions de tonnes (Mt), « en hausse par rapport à 2022 (+ 18,8 %) et par rapport à la moyenne 2018-2022 (+ 2,6 %), à la faveur d’un très bon rendement à 131,1 q/ha », a indiqué le 12 décembre le ministère de l’agriculture. C’était 107,9 q/ha en 2022 et 149 q/ha en 2021, année record selon Arvalis.

« La production de maïs grain (y compris semences) est à nouveau révisée à la hausse, à 12,8 Mt. Elle est ainsi en forte hausse par rapport à la très faible récolte 2022 (+ 16,1 %) mais en baisse par rapport à la moyenne 2018-2022 (- 3,8 %). Le rendement du maïs grain (hors semences) est réévalué à 100,8 q/ha (+ 28,4 % par rapport à 2022). »

« La production de tournesol est estimée à 2,1 Mt. Elle est notamment en hausse de 19,5 % par rapport à 2022 et de 36,9 % par rapport à la moyenne 2018-2022, en lien avec des surfaces élevées (0,83 million d’hectares – Mha) et un bon rendement (25,9 q/ha). »

« La production de soja est révisée à la baisse, à 0,39 Mt, avec un rendement à 25 q/ha. Elle est en hausse par rapport à 2022 (+ 4,6 %) et en baisse par rapport à la moyenne 2018-2022 (- 4 %). »

« Alors que les conditions météorologiques retardent les arrachages de betteraves industrielles, le rendement national est attendu à 83,5 t/ha pour l’ensemble de la campagne 2023, en hausse par rapport à 2022 (+ 6,4 %). La production est ainsi révisée à la hausse, à 31,5 Mt. Elle est quasi-stable par rapport à 2022 (+ 0,1 %) mais reste inférieure à la moyenne 2018-2022 (- 7,2 %). »

« La production de pommes de terre de conservation et demi-saison est estimée à 7 Mt. Elle augmente fortement par rapport à 2022 (+ 14,7 %) et par rapport à la moyenne 2018-2022 (+ 9,2 %). En revanche, la production nationale de pommes de terre de féculerie, estimée à 0,7 Mt, est en forte baisse par rapport à 2022 (- 10,8 %) et à la moyenne 2018-2022 (- 22 %). »

Céréales d’hiver en baisse, colza en hausse

« En 2024, les surfaces de céréales d’hiver sont estimées à 6,4 Mha : elles diminueraient nettement par rapport à 2023 (- 5,1 %) et par rapport à la moyenne 2019-2023 (- 3,5 %). Toutes les céréales d’hiver sont concernées par cette baisse », note le ministère de l’agriculture. « Les pluies abondantes, observées depuis la mi-octobre sur l’ensemble du territoire, empêchent les interventions dans les champs et pourraient conduire à des reports de semis au printemps. En revanche, la sole du colza d’hiver, semé plus tôt, continue d’augmenter (+ 0,5 % par rapport à 2023). »

« Les surfaces de blé tendre d’hiver sont estimées à 4,49 Mha pour la récolte 2024, en baisse de 5,1 % par rapport à 2023 et de 4,7 % par rapport à la moyenne 2019-2023. Excepté 2020 où elles avaient chuté à 4,23 Mha, elles pourraient être les plus faibles depuis 2003. La plupart des régions sont concernées par cette baisse. En Pays de la Loire et Midi-Pyrénées, les surfaces de blé tendre d’hiver diminueraient de plus de 20 % sur un an. »

« Les surfaces d’orge d’hiver sont estimées à 1,31 Mha, en baisse de 4 % par rapport à 2022 mais en hausse de 3,1 % par rapport à la moyenne 2019-2023. En Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Pays de la Loire, elles diminueraient de plus de 10 % par rapport à 2023. Elles seraient quasi-stables en Centre-Val de Loire et Grand Est, régions où elles sont les plus élevées. »

« Les surfaces de triticale sont estimées à 307 000 ha, en baisse de 5,7 % par rapport à 2023 et de 2,3 % par rapport à la moyenne 2019-2023. Comme celles de blé tendre, elles baisseraient dans la plupart des régions. Les surfaces d’avoine d’hiver et de seigle diminueraient respectivement de 4 % et 4,3 % par rapport à 2023. »

« Les surfaces de colza d’hiver sont estimées à 1,35 Mha : elles seraient en hausse pour la troisième année consécutive. Elles augmenteraient légèrement par rapport à 2023 (+ 0,5 %) et fortement par rapport à la moyenne 2019-2023 (+ 17,4 %). Elles seraient en hausse en Grand Est, Bourgogne-Franche-Comté, Pays de la Loire, Ile-de-France et Occitanie. »

BC

Lisez également

Savencia-Sunlait : un délai de grâce

Les contrats-cadres de quatre des six OP Sunlait, qui arrivaient à échéance en mars, sont prolongés jusqu'au 31 octobre.