Autonomie protéique : les solutions

Le programme Cap Protéines arrive sur le terrain : portes ouvertes en élevage, visites d’essais en ferme expérimentale, Village de démonstration au Salon de l’herbe et des fourrages.

« Mieux valoriser les 13 millions d’hectares de prairies et accroître la production de légumineuses fourragères, étant entendu qu’un hectare de prairies produit autant de protéines qu’un hectare de soja » : ainsi Jérôme Pavie (Institut de l’élevage) a-t-il résumé, le 11 avril en visioconférence, les ambitions du programme Cap Protéines lancé, à la fin 2020, dans le cadre du plan France Relance. Doté de 53,5 millions d’euros sur deux ans (2021 et 2022), Cap Protéines mobilise 200 partenaires techniques en direction, notamment, de 100 000 éleveurs de ruminants et de 100 000 producteurs d’oléo-protéagineux. Parmi ses objectifs : « accroître de 50 % les surfaces d’oléo-protéagineux et de légumineuses destinées à l’alimentation des ruminants ».

En pratique, la partie élevage de Cap Protéines comporte une quarantaine d’essais agronomiques et autant d’essais zootechniques, le suivi de 330 fermes pilotes bovines, ovines ou caprines « choisies pour leur intérêt pour la thématique » dans 75 départements, et la création d’une vingtaine de plateformes de démonstration dans les lycées agricoles. Au terme de 18 mois de travaux, certaines bonnes pratiques émergent, qui seront partagées durant le Printemps de l’autonomie protéique, et au-delà. Plusieurs dizaines de portes ouvertes en élevage ou en ferme expérimentale, présentées sur un site internet dédié, sont d’ores et déjà programmées sur les mois d’avril à novembre. Parmi les thématiques abordées : légumineuses et dérobées fourragères, méteils, soja toasté, pâturage dynamique, séchage en grange, sursemis de trèfle, etc.

Sur le Salon de l’herbe, qui se tient cette année les 1er et 2 juin à Villefranche-d’Allier, un Village de l’autonomie protéique et fourragère mettra en lumière des solutions permettant d’aller « vers davantage de souveraineté alimentaire dans les élevages ». Ce pôle technique complètera les 40 ha de démonstrations et d’essais de matériels, ainsi que les 400 micro-parcelles de graminées, légumineuses, maïs fourrage ou méteils implantées sur le site pour l’occasion.

BC

A télécharger :

L’aval freine le développement des légumineuses (Agriculture Stratégies, 31 mai 2022)

Cap Protéines en ruminants (Idele, mars 2021)

Les matières premières utilisées en alimentation animale (Inrae, mars 2022)

L’aliment bovin en baisse de 5,2 % (Snia-LCA, 28 avril 2022)

Note agro-climatique et prairies (Idele, 14 avril 2022)

Quel climat demain en France ? (Idele, janvier 2022)

Les freins au développement des légumineuses (Ceresco, nov. 2021)

Lisez également

Des pratiques anticoncurrentielles ?

L’Autorité de la concurrence conduit une enquête dans « le secteur de l’approvisionnement en lait de …