Bruno Debray président de la FMBV

La Fédération française des marchés de bétail vif (FMBV) a dressé, le 10 mai en Aveyron, un « bilan d’activité positif mais non sans inquiétude ».

A l’occasion de son congrès électif, réuni le 10 mai à Laissac-Sévérac-l’Église (Aveyron), premier marché de France avec 71 340 bovins et ovins apportés en 2021, la FMBV a porté Bruno Debray à sa présidence, en remplacement d’Alain Breteaudeau. Eleveur en Loire-Atlantique (cheptel allaitant et laitier), maire de Sion-les-Mines, élu à la communauté de communes de Chateaubriant-Derval, Bruno Debray gère le foirail de Chateaubriant depuis 2020. Sébastien Suire, éleveur allaitant en Deux-Sèvres, élu de la commune de Lezay en charge du foirail, a été élu vice-président délégué aux marchés de gré à gré. Christiane Gombert, responsable du marché au cadran de Baraqueville en Aveyron, a été élue secrétaire.

Les débats du congrès ont porté sur une conjoncture plutôt inhabituelle et sur plusieurs questions d’actualité. « La hausse des cours depuis fin 2021 permet aux exploitations de retrouver un peu de souffle face à une importante montée des charges ; pour autant, cette conjoncture a aussi des effets pervers puisqu’elle peut parfois accélérer les départs et ventes de cheptels tant que les cours sont bons pour vendre », rapporte la FMBV dans un communiqué.

Un effet Egalim ?

« Côté usagers, on enregistre régulièrement de nouveaux apporteurs sur les marchés : d’une présence occasionnelle en début d’année, ces nouveaux usagers reviennent plus régulièrement ces derniers mois. Il y a un effet prix indéniable dans un contexte de forte concurrence à l’achat. La loi Egalim2 peut également avoir un impact même s’il est encore trop tôt pour pouvoir l’affirmer. » Sur ce point, poursuit la FMBV, « les marchés sont exemptés mais les négociants apporteurs restent soumis à l’obligation de contractualiser en ferme. La FMBV continue d’œuvrer pour que soient exemptés l’ensemble des apporteurs sur les marchés. »

La loi de santé animale a également été évoquée durant le congrès. « Ce règlement européen est entré en vigueur en avril 2021 et apporte des modifications en termes notamment d’agrément des centres et marchés, de séparation des animaux de statuts sanitaires différents, de traçabilité et de transport des animaux. Parmi les discussions en cours avec la DGAL (1), la FMBV demande à ce que ces nouvelles exigences restent réalistes, qu’elles s’accordent avec le plan d’éradication de l’IBR, et qu’elles bénéficient d’un soutien financier fort. »

1 million d’animaux échangés

La FMBV indique réunir 44 marchés répartis sur le territoire pour 1 016 000 animaux échangés en 2021 par 13 000 éleveurs et opérateurs commerciaux. « Après une année 2020 compliquée, les apports retrouvent un niveau plus habituel. Ils restent cependant marqués par une décapitalisation qui s’accentue en cheptel bovin et qui inquiète. Cette activité a généré un volume d’affaires d’environ 633 millions d’euros, dont 44 % sont garantis et versés en moins de 7 jours. »

« Les marchés éditent chaque semaine des cotations qui servent de référence à toute la filière : 63 commissions sont ainsi reconnues pour une large diffusion dans la presse et sur le web », précise encore la FMBV.

BC

(1) Direction générale de l’alimentation du ministère de l’agriculture

A télécharger :

Population bovine au 1er mai 2022 (FranceAgriMer, 1er juin 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 18 mai 2022)

Population bovine au 1er avril 2022 (FranceAgriMer, 11 mai 2022)

Evaluation Iboval 2022 bovins viande (Idele, mai 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 11 mai 2022)

Lisez également

Le maïs n’est pas à la fête

Alors que le rendement du blé s’affiche en légère hausse sur un an, le maïs …