« Il y a une loi pour les éleveurs et une pour les promoteurs éoliens ! »

Suite à notre enquête consacrée aux pollutions électromagnétiques en élevage (1), Jean-François Maquigny, éleveur laitier dans la Somme, a souhaité témoigner. Son exploitation, située au voisinage d’antennes-relais, de faisceaux hertziens et de multiples parcs éoliens, a vu apparaître des problèmes sanitaires sur le cheptel.

 

Les implantations d’éoliennes se sont multipliées dans la Somme.

C’est écrit dans un rapport de la DREAL des Hauts-de-France (2) publié en février 2020 : dans la Somme, le paysage sature de parcs éoliens. Premiers concernés par cet état des lieux : les agriculteurs et l’espace rural. « Dans un périmètre de 5 km autour de la commune, on compte une soixantaine d’éoliennes », témoigne Jean-François Maquigny, éleveur laitier à Moreuil, à 26 km au sud d’Amiens. Les deux derniers parcs, de trois et cinq mâts, plus hauts et plus puissants, ont été implantés non loin de son exploitation au printemps 2020 et mis en route la même année après dix ans d’une vaine bataille judiciaire. « Je suis épuisé par ce dossier ». Désormais, les éoliennes tournent à 200 mètres de ses pâturages, et à 800 mètres au nord-est de l’exploitation. En 2010 pourtant, la DREAL avait émis un avis négatif. « Le projet se situe en zone rouge, dans un espace naturel protégé ». L’Etat est passé outre. « Il s’accorde des droits pour lesquels nous serions condamnés ! », dénonce l’éleveur picard.

 ANIMAUX PROSTRÉS ET DÉSORIENTÉS

Seul éleveur dans le secteur, Jean-François Maquigny est depuis quelques années le témoin impuissant « d’un environnement qui se dégrade ». Le meilleur indicateur, c’est la santé de son troupeau laitier. Il y a trois ans environ, en plein été, « alors que les vaches sont en pâture, je retrouve six génisses prostrées qui se laissent mourir. J’ai des avortements en continu et beaucoup de maladie de Mortellaro ». Des événements sanitaires tout à fait exceptionnels pour cet éleveur, âgé de 60 ans. En 2018, d’autres phénomènes apparaissent et l’inquiètent. « Tous les jours, je constate des mouvements de panique dans les stabulations, des vaches apeurées et désorientées ». L’éleveur cherche à comprendre. Les premiers symptômes coïncident avec l’implantation de parcs éoliens à deux kilomètres au sud de sa ferme. « Nous sommes sur un sous-sol en craie, avec des rivières souterraines. Le surplus d’électricité qui n’est pas absorbé est rejeté dans le sol ». Une pollution souterraine qui viendrait troubler les animaux en pâture mais aussi leur séjour en bâtiment.

 UNE EXPERTISE DU GPSE  

Jean-François Maquigny va donc alerter sur ses problèmes. Au plus haut niveau. « J’ai rencontré Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. J’ai approché plusieurs fois le Président de la République au Sommet de l’Élevage il y a 2 ans pour lui dire qu’on ne pouvait pas autoriser un parc dans une zone rouge protégée, et demander aux agriculteurs d’être respectueux de l’environnement ! Emmanuel Macron m’a mis en contact avec son conseiller environnement qui m’a reçu à l’Élysée en octobre 2019 ». Un entretien d’une heure, jugé sincère. « Je lui ai exposé mon problème. Il a bien conscience des effets nuisibles, mais se dit impuissant ». Le conseiller élyséen oriente l’éleveur vers le GPSE, le groupe d’expertise électrique dans les élevages. Un expert venu de Seine-Maritime pose un diagnostic déconcertant. « Il m’a expliqué qu’il y avait une interaction entre les ondes électromagnétiques produites par les mouvements des pâles des éoliennes et celles des antennes-relais et radios ». À 30 mètres du bâtiment d’élevage, il y a en effet un château d’eau surmonté d’antennes-relais, de faisceaux hertziens et de réseaux mobiles privés. « Leurs ondes capteraient celles des éoliennes. Mais cette conclusion n’apparaît pas dans le rapport final du GPSE. Il minimise ces nuisances et maximise la négligence de l’éleveur ». Le diagnostic géobiologique de la Chambre d’Agriculture des Pays de la Loire arrivera pourtant aux mêmes conclusions que l’expert. « On est dans une complexité terrible, avec une multiplicité des pollutions difficile à prouver. Toujours est-il qu’on disparaît à petit feu ».

 DES TAPIS EN CAOUTCHOUC POUR ISOLER DU SOL

Pour protéger ses vaches et les isoler du sol, l’éleveur a posé des tapis en caoutchouc dans le bâtiment. « L’hiver dernier, j’ai encore investi 10 000 euros supplémentaires en tapis isolants. Il y a moins de soucis ». Les bêtes y séjournent une grande partie de l’été pour éviter les mortalités dans les pâturages. « 2021 a été la moins mauvaise des années, sans doute parce qu’il a fait moins sec ». Mais pour l’éleveur, la pilule est amère. « Je suis d’une sensibilité écologique, engagé dans la conservation des sols et le sans labour, proche des valeurs d’un père spirituel, Jean-Marie Pelt ». Un raconteur du vivant, pionnier de l’écologie française dont les valeurs ont poussé Jean-François Maquigny à transférer la ferme parentale loin de la ville, « pour être au milieu des champs », proche de la nature. Une nature dont l’intégrité se trouve aujourd’hui atteinte.

 Nathalie Barbe

(1) Grands Troupeaux Magazine, septembre 2021, n° 92.

(2) Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement.

 

 LE POINT DE VUE VÉTÉRINAIRE

« L’expertise vétérinaire peut aider sur la compréhension des soucis sanitaires, mais il faudrait mener une étude statistique dans les fermes entourées de parcs éoliens, avec un examen précis des événements sanitaires qui ont eu lieu. La difficulté aujourd’hui, c’est d’apporter la preuve scientifique » , analyse prudemment Marianne, la vétérinaire, mandatée par la DDPP (3) pour observer le troupeau et les scènes de panique dans le bâtiment équipé de caméras.

(3) Direction départementale de la protection des populations.

 

DIX ANS DE BATAILLE JUDICIAIRE

En juillet 2010, pour mener la bataille judiciaire contre le projet d’éoliennes de Moreuil, Jean-François Maquigny cofonde avec Alain Bouton, devenu son président, l’association Vent Debout. « On s’est tous faits rétamer ! Condamnés à des milliers d’euros pour procédure abusive ! ». En effet, le tribunal administratif d’Amiens ne retient que l’intérêt à agir. Or, l’association a vu le jour après le dépôt du permis de construire du promoteur. « Cela condamne d’avance tous les recours », déplore Alain Bouton. Dix ans de combat devant la justice ont saigné l’association : près de 20 000 euros en frais d’avocat et de condamnation. « On ne réclamait pas d’argent, juste le droit de conserver notre cadre de vie ! » Son opposition au parc éolien a valu à Jean-François Maquigny plusieurs visites des renseignements généraux sur la ferme. « Je dérange », avoue-t-il.  

 

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …