« En bio, tous les voyants sont au vert »

L’Agence bio a dressé, le 1er juin, un tableau idyllique du développement de la filière. L’élevage bovin ne fait pas exception.

Au 31 décembre 2017, la France comptait 36 691 exploitations agricoles bio (+ 13,7 % sur un an) – elles représentent désormais 8,3 % de l’ensemble des exploitations. Le nombre d’emplois directs dans les fermes atteint 88 400 équivalents temps plein (+ 13,7 %), soit 12,5 % de l’emploi agricole. En 2017 toujours, plus de 5 000 exploitations ont engagé leur conversion vers la bio. A l’inverse, 3,5 % des agriculteurs certifiés « AB » en 2016 ont renoncé, l’année suivante, à poursuivre avec ce mode de production.

Les surfaces engagées dans la bio ont atteint 1,78 million d’hectares à la fin 2017 (+ 15,6 %), soit 6,6 % de la SAU nationale. « Le développement des surfaces fourragères depuis deux années accompagne celui des élevages bovins, ovins et caprins, laitiers comme allaitants », précise l’Agence bio. Et le mouvement s’accélère : en 2018, la progression des surfaces est attendue à + 23 %, avant un repli tout relatif en 2019 : + 13 %.

Collecte de lait bio : + 45 % sur un an !

« Dans la continuité de 2016, le développement des élevages bio est resté soutenu et concerne l’ensemble des espèces en 2017 », souligne l’Agence bio. « Le nombre de vaches élevées en bio a progressé de 18 %, avec un dynamisme particulier des élevages laitiers qui comptent près de 194 000 vaches conduites en bio, soit + 27 % par rapport à 2016. La mauvaise pousse de fourrages en 2016 avait induit une baisse de la production de lait bio en 2016 et début 2017 (- 0,1 % en 2016 selon la synthèse de l’enquête mensuelle laitière). Elle a été compensée en 2017 par l’entrée en production bio des cheptels convertis en 2015 ainsi qu’un climat plus favorable : la collecte de lait bio a progressé de 13,6 % en 2017 en comparaison de 2016. » Plus spectaculaire encore : la progression atteint 45 % entre les 1ers trimestres 2017 et 2018 !

A la fin 2017, la France comptait 2 620 élevages laitiers bio (+ 5 %), mais aussi 1 657 en conversion (+ 51 %). Le lait bio représente 3,2 % de la collecte. En allaitant, le nombre d’élevages certifiés bio atteignait 3 675 (+ 16 %), pour 2 039 (+ 4 %) en conversion. Les plans de filières élaborés par les interprofessions laitière (Cniel) et bovine (Interbev) dans le cadre des Etats généraux de l’alimentation prévoient un doublement de la production bio en cinq ans.

Viande bio : + 13 % de ventes en 2017

La consommation de produits bio a poursuivi sa « croissance exponentielle » en 2017, pour atteindre 8,37 milliards d’euros (+ 17 %) – c’était seulement  1 Md€ en 1999. La diffusion du bio est plus ou moins importante selon les produits : 30 % pour les œufs (en valeur), 12 % pour le lait et 7 % pour les fruits et légumes frais. Les viandes bio ont affiché une croissance de 13 % de leurs ventes en 2017. « Le rayon coupe continue de se développer dans les magasins bio. En revanche, les ventes dans les circuits des boucheries artisanales marquent le pas au profit des grandes et moyennes surfaces ».

L’Agence bio précise encore que « 69 % des produits bio consommés en France sont produits en France (…) Certains produits comme le lait bio ont été en pénurie au niveau européen , nécessitant des importations, d’où un chiffre légèrement en hausse. Sur le territoire, la mauvaise pousse de fourrages de 2016 a induit une baisse de la production de lait bio. L’entrée en production bio des cheptels (convertis en 2015) en 2017 ainsi qu’un climat plus favorable ont permis une progression de la collecte de lait bio à hauteur de 13,6 %. » En 2017, 94 % du lait bio vendu en France provenait d’élevages français, de même que 95 % des viandes fraîches et transformées. Les exportations de produits bio ont atteint 707 M€ (+ 12 %) en 2017.

BC

A lire également : La Prospérité Fermière recherche plus de lait bio

A consulter : « Fête du lait bio » le dimanche 10 juin 2018

Lisez également

BouMatic rachète le danois SAC

BouMatic, spécialiste de la traite conventionnelle et des robots, a annoncé le rachat de SAC, un concurrent danois.