France OP Lait saisit le médiateur

La lettre et l’esprit de la loi Egalim ne sont pas respectés, estime l’association.

Les différentes organisations de producteurs (OP) constitutives de France OP Lait (1) ont saisi, à la mi-avril, le médiateur des relations commerciales agricoles, nous a indiqué Pierre Moineau, secrétaire de France OP Lait, le 23 avril. Au-delà du non-respect des engagements pris par tel ou tel industriel, dénoncé par exemple par l’OPLGO, cette saisine collective vise à remettre au centre du débat l’indexation des prix du lait sur les coûts de production prônée par la loi issue des Etats généraux de l’alimentation (Egalim), explique le producteur de lait bio de Loire-Atlantique. Par ailleurs, elle « ouvre la voie à des actions individuelles de la part d’organisations de producteurs », indique France OP Lait dans un communiqué du 29 avril.

320 €/1000 l : un « prix politique »

Si France OP Lait a appelé à une régulation des volumes de lait, et soutient l’initiative du Cniel, l’association « déplore néanmoins l’absence de toute concertation en amont de cette décision. Les OP n’ont également aucun rôle dans la mise en œuvre de ce dispositif alors même qu’elles ont pour mission d’adapter l’offre à la demande en vertu de la réglementation européenne. La mise en œuvre de la réduction de la production sera individuelle entre les producteurs et les industriels, puis avec le Cniel. La vigilance est toujours de mise sur les effets d’aubaine portant des coups à l’organisation économique des producteurs, même quand les intentions sont louables ! D’ailleurs, à peine le dispositif de réduction des volumes du Cniel annoncé, de nombreux industriels ont complètement décroché des accords ou des contrats avec les OP en imposant unilatéralement et brutalement des réductions de prix », déplorait France OP Lait dans un communiqué du 15 avril.

Une allusion aux 320 €/1000 l proposés par le Cniel, qui, selon Pierre Moineau, constituent le nouvel horizon du prix du lait. Autrement dit, il s’agit d’un « prix politique » que tous les industriels laitiers n’ont, certes, pas encore repris à leur compte. Par exemple le groupe Bel, qui maintient sa grille de paiement, se félicite Pierre Moineau.

BC

(1) France OP Lait indique fédérer 18 OP réunissant 6 700 éleveurs et 2,7 milliards de litres, soit 11% environ de la collecte nationale de lait de vache.

A télécharger :

Indicateurs mensuels du Cniel (24 avril 2020)

Le tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 24 avril 2020)

Rôles des organisations de producteurs dans les filières animales (CEP, décembre 2019)

Lisez également

Des pratiques anticoncurrentielles ?

L’Autorité de la concurrence conduit une enquête dans « le secteur de l’approvisionnement en lait de …