« La cogénération menacée »

170 sites sont fragilisés par la flambée des coûts d’exploitation, alertent les agriculteurs méthaniseurs.

Dans une délibération du 25 mars, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) « met en lumière une augmentation alarmante (+ 33 %) des coûts de production de la méthanisation en cogénération entre 2021 et 2023 », rapportent l’Association des agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF) et France Gaz Renouvelables (FGR) dans un communiqué du 28 mars. « Cette inflation touche tous les aspects des coûts opérationnels, incluant la maintenance, la consommation électrique et les intrants. La consommation électrique a grimpé de manière spectaculaire de 92 % sur la période. Les investissements ont eux aussi significativement augmenté. Au total, la CRE conclut à une hausse moyenne de 17 % du coût total d’exploitation. »

« Face à cette situation, la CRE recommande une révision des conditions tarifaires de tous les contrats de cogénération pour refléter les coûts réels de production d’électricité. L’AAMF et FGR saluent cette initiative mais exhortent à des mesures d’urgence pour soutenir les exploitations confrontées à des difficultés extrêmes. « Depuis 18 mois, nous alertons sur l’insoutenabilité des contrats de cogénération actuels », déclare Jean-François Delaitre, président de l’AAMF. « Nous avons besoin, dans l’attente de l’entrée en vigueur de ce nouveau tarif, d’une mesure d’urgence pour éviter la fermeture de nombreuses installations de méthanisation. Nous estimons que 170 sites sont aujourd’hui menacés. Sans action immédiate, la transition énergétique et l’avenir de nos agriculteurs sont compromis. »

« L’AAMF et FGR appellent à une mobilisation rapide et concertée avec les autorités compétentes pour trouver des solutions durables à cette crise. Les agriculteurs méthaniseurs demeurent engagés à jouer leur rôle dans la production d’énergie renouvelable et la préservation de l’environnement, mais ils ont besoin d’un soutien vital et immédiat pour continuer à le faire », conclut le communiqué.

BC

Lisez également

Un observatoire national de la pousse

350 fermes de référence vont « fiabiliser » l’indice satellitaire utilisé pour l’assurance prairies.